Pêche illicite : pour faire face à la recrudescence des activités, le Togo et le Bénin forment des inspecteurs

Dans le cadre stratégique de développement de l’économie bleue, des inspecteurs des pêches chargés de la gestion des ressources halieutiques du Togo et du Bénin prennent part depuis ce lundi 06 novembre, à une formation de 10 jours à Lomé.

Elle se déroule au siège du Haut Conseil pour la Mer (HCM), sous la houlette de la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) de France, en collaboration avec les deux pays.

Selon le site officiel de la présidence togolaise, l’organisation de cet atelier a été motivée par la recrudescence des activités de pêche illicite le long des côtes africaines, et plus particulièrement dans le golfe de Guinée. Le manque à gagner pour ces pays a été chiffré pour ces six dernières années, à environ 2,3 milliards de dollars/an.

« Face à cette véritable menace pour les économies nationales, il était donc temps de mener une lutte coordonnée, dans le cadre d’une coopération bilatérale et multilatérale », a indiqué le Col Ouro-Koura Agadazi, ministre togolais en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique.

D’après la publication, des agents de la police de pêche, des inspecteurs de l’administration du domaine, des marins et autres acteurs, seront édifiés, via différents modules, sur les procédures d’inspection des navires, en mer comme sur terre, des systèmes de suivi, de contrôle et de surveillance des pêches. Les travaux porteront également sur l’aspect juridique de la riposte.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles