Tués par le soleil, transformés en objets sacrificiels par certains hommes : Le calvaire des albinos…

Les albinos d’Afrique, après être victimes de préjugés qui les marginalisent et les transforment en objets sacrificiels, sont menacés toujours par le soleil qui provoque le cancer dans leurs peaux très sèches.

Depuis de nombreuses années, ils ont commencé à être victimes d’agressions dans certains pays d’Afrique en général et au Sénégal en particulier. Les albinos et leurs familles ne dorment plus d’un œil car exposés et stigmatisés, ils vivent presque ne marge de la société.

A la découverte de l’horreur

Selon un rapport alarmant publié tout dernièrement par l’Association ANIDA France, des marabouts s’attachent les services de tueurs, qui assassinent purement les albinos et découpent leur corps.

Pire,  ils se servent des différents membres (cheveux, langue, yeux, os, parties génitales, bras et jambes) et du sang pour préparer des potions qui sont vendues aux pêcheurs, mineurs et politiques du pays, qui les utilisent pour s’attirer la chance.

Cet argent maudit

Ce rapport a montré que les pays où environ 90 % de la population vit avec moins de 1,5 euro (environ 1 000 F CFA), tuer un albinos semble une véritable opportunité pour certains afin de s’enrichir. Ce rapport parle de 1 500 euros soit environ 975 000 F CFA pour un bras et de 57 100 euros (plus de 37 millions F CFA) pour la totalité des membres d’un même corps. À cet effet, des milliers d’albinos restent coincés chez eux car ne pouvant pas se déplacer librement pour aller travailler, étudier ou cultiver leurs champs par crainte des « chasseurs ».

L’urgente nécessité de sensibiliser

Tout cet ampleur dont sont victimes les albinos, a fait l’objet d’une  journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, la première de ce genre, tenue le samedi dernier 13 juin 2015 à Dakar, par l’Association ANIDA France dont Mame Faguèye Bâ, styliste et costumière, est la marraine, en même temps  présidente du collectif international « l’Enfant a la Parole ».

Cette journée a débuté par une conférence  avec les représentants des médias, avant la remise de kits de protection pour la peau et les yeux à l’Association nationale des albinos du Sénégal (ANAS) dont son président était présent à cette manifestation.

Une intégration difficile dans certaines sociétés

La marraine de l’association, a indiqué que pour lutter contre les cancers de la peau dont sont victimes les albinos, « les vêtements longs, les chapeaux et la crème solaire restent les moyens les plus accessibles pour se protéger du soleil ».

Ces difficultés liées à leur santé constituent des handicaps pour leur intégration dans la société même si le soleil ne leur permet pas d’exercer aucune activité exposée en milieu ensoleillé.

Être albinos une calamité

Le fait d’être albinos, ou enfanter un albinos, est souvent perçu et vécu comme une calamité en Afrique. Il est encore bien difficile de vaincre les préjugés à son encontre, les peurs, les superstitions, entre autres. Dans le meilleur des cas, ils se voient offrir des présents en échange de bénédictions mais, majoritairement ils sont marginalisés et persécutés.

Cependant, il existe plusieurs formes d’extermination discrètes de l’enfant, selon toujours le rapport, pendant un bain ou par l’intermédiaire de tueurs professionnels. Ces méthodes sont utilisées par certains parents, parfois en complicité de la société.

Autant de raisons pour lesquelles des associations se mobilisent pour leur venir en aide dans le combat de la survie. Des mesures fortes sont aussi attendues de l’Etat.

Idy Diop

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles