Le peuple n’acceptera pas la monarchisation institutionnelle Mr le premier ministre

L’aspiration à l’ordre et le développement passe par le respect de la liberté des autres pas par le refus d’un retour du candidat du Pds Karim Wade. Le premier ministre Boune Abdallah Dionne a le droit de jouer au «moniteur» une organe de presse du Moyen âge qui servait de porte-voix a Napoléon Bonaparte.

De nos jours on définirait sa démarche de serviteur comme une marque de fidélité à l’endroit de son chef de parti Macky Sall et c’est compréhensible. Mais ce qui est inacceptable dans sa démarche c’est le verrouillage institutionnelle a tout prix qui voudrait que seul leur chef incarne les valeurs républicaines et les autres c’est des pourris.

Si on suit la logique du premier ministre Boun Abdallah Dionne les sénégalais qui ne partagent pas sa vision du Pse et du Pduc sont tous des pourries. Tous les sénégalais qui ne pensent pas comme son Bonaparte sont traités de jaloux ce sont les propos tenus par le serviteur loyal, le premier ministre  Boun Abdallah Dionne.

Dans une démocratie qui se respecte ce genre de discours n’a pas sa place dans le jeu politique. Elle révèle le niveau de médiocrité d’un gouvernement qui ne sait plus quoi dire pour convaincre l’electorat. Karim Wade a été légalement investi par son parti le Pds et son retour éveille l’espoir sur bon nombre de Sénégalais.

C’est la seule raison qui pousse encore une fois de plus le régime par la voix du premier ministre Boun Abdallah Dionne aux discours haineux et ségrégationnistes. Si le premier ministre estime que le yoonu yokute du Pse et du Pduc de son Bonaparte a servi quelque chose au peuple.

Le retour du candidat du Pds Karim Wade ne saurait constituer un obstacle jusqu’à priver au peuple un autre chemin plus fructueux. A moins que ce régime pense que le Sénégal appartient à leur Bonaparte

Jon Birahim Pds France.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles