Khadidja Diallo, mannequin à cœur ouvert: « J’ai vu mes jambes enflées à tel point que je ne pouvais plus marcher, c’est bizarre… »

Après une longue absence sur les podiums pour raison de maladie, Khadidja Diallo, la belle nymphe mannequin qu’on ne présente plus évoque avec lactuacho sa mystérieuse maladie. Ecartant la thèse du maraboutage, le mannequin estime que c’est quand même bizarre car elle a vu ses jambes enfler à tel point qu’elle ne peut plus marcher. Elle est largement revenue sur ses « prétendues » relations amoureuses avec certaines célébrités du monde du foot. Elle promet entre autre après le ramadan  de revenir en force sur les podiums après avoir retrouver sa santé d’antan.

Pourquoi  cette longue absence des podiums ?

J’étais  malade, c’est vrai. Comme tout être humain, je tombe malade. Je crois en Dieu. Les gens  évoquent que j’ai été maraboutée, moi je ne crois pas à ces choses-là, moi je crois en Dieu. Ce n’est pas du maraboutage, c’est vrai que mes pieds me faisaient mal. Maintenant je me sens très bien. C’est bizarre, je me suis réveillée un jour et j’ai vu mes jambes enflées à tel point que je ne pouvais plus marcher. Je ne dirai pas que c’est quelqu’un qui m’a jeté un mauvais sort, ni c’est un autre qui m’a marabouté. Je dis que c’est le Bon Dieu qui a voulu que je tombe malade et c’est arrivé. A mes débuts en 2010, durant un défilé,  on  avait  volé un jour  une  de mes chaussures en laissant l’autre sur place, je ne sais pas  à quelle fin.

Quel  regard portez-vous sur le mannequinat, tel  que pratiqué aujourd’hui ?

C’est vrai, il y a certaines pratiques qui ne sont pas saines dans le métier mais à  chacun ses désirs. Je pense qu’il y a des filles qui sont dans le métier et font correctement leur job mais par contre, il y a d’autres qui investissent le métier pour le salir, ces filles-là, je ne peux pas dire qu’elles font partie du métier. Sincèrement, depuis que j’exerce le métier, je n’ai pas fait quelque chose de vilain qui pourrait pousser les gens à porter un mauvais jugement sur moi. Beaucoup de personnes disent que le mannequinat rime avec la prostitution, je dis que c’est faux. Une fille mannequin est appelée à fonder une famille.

Est- ce tu as reçu une fois dans le cadre de ton travail des propositions indécentes ?

Non jamais. Je pense que quand un homme ose faire certaines propositions à une femme, en grande partie, c’est  cette dernière qui a été à l’origine, soit de par son comportement ou bien de sa faiblesse. J’exerce un métier comme tous les autres métiers. Et je l’exerce de la manière la plus sérieuse. Personne ne peut me reprocher quoiqu’il soit dans ce métier.

Qu’est ce qui vous lie au footballeur Fallou Diagne ? Il y a beaucoup de rumeurs autour de vous, qu’en est-il  réellement ?

C’est un site qui avait repris une de mes interviews pour dire que je suis fiancée à Fallou Diagne. Il n’en est rien, lui, c’était simplement mon copain. Et on n’est plus ensemble. Ce sont des détails, c’est déjà  du passé et j’ai tourné la page. Je compte beaucoup d’amis parmi les joueurs, mais c’est à travers l’internet. Il faut que les gens cessent de dire de vilaines choses sur le dos des personnes honnêtes. Je ne suis pas une fille facile qui sort avec n’importe quel homme.

On vous voit beaucoup dans des téléfilms, est-ce à dire que vous tournez la page du mannequinat ?

Non, avec le mannequinat, on peut faire beaucoup de choses sans que cela puisse influer sur son métier. Les filles mannequins sont aujourd’hui devenues des animatrices dans les télés. Le mannequinat à lui-seul ne peut pas subvenir à tous nos besoins. Actuellement, je joue dans une série télévisée. J’incarne le rôle d’une secrétaire.

A quand le mariage ? Quel est le profil de l’homme avec qui vous aimerez partager votre vie ?

Dieu est grand .C’est pour bientôt. Je veux avoir comme mari, un homme sérieux, honnête, un homme  respectueux surtout  un bon croyant. Je n’aime pas des gens qui ne pratiquent  pas leur religion. Je veux aussi un homme riche mais pas immensément riche. Je n’ai pas peur d’être dans un ménage polygame.

Comment passez-vous le mois béni du ramadan ?

Bon, pour marquer ce mois béni, je ne vais pas porter quelque chose qui va attirer des regards sur moi. Je prie pour que  le bon Dieu nous accorde son pardon et nous gratifie de bonnes choses. Je lis beaucoup le saint Coran durant ce mois béni du ramadan. Je n’ose pas me réveiller sans apprendre le Coran. Je participe à des séances de récital de Coran.

Dans votre métier, connaissez-vous des homosexuels ?

Je ne fréquente pas des homosexuels. Quand je soupçonne  quelqu’un qu’il est homosexuel, je ne lui serre plus la main à plus forte raison de lui adresser la parole. Je ne fréquente non plus une femme qui se prostitue parce que je crois en des valeurs. J’avoue qu’au début, mon père ne voulait pas que j’exerce ce métier. Il m’a donné des conseils qui me servent de viatique. Je n’ai pas pris un appartement, je vis avec ma famille à Grand Yoff.

Que vous inspire l’affaire Thione Seck ?

Ce qui est arrivé à Papa Thione me fait pleurer. C’est un événement douloureux pour sa famille, ses fans et pour  tout sénégalais qui aime Thione. C’est un homme sérieux, véridique. Je prie pour qu’il sorte de prison pour retrouver sa famille.

Vos activités en dehors de votre métier ?

Je fais la cuisine, le linge et tout travail qu’une fille respectable fait. Mon meilleur plat, c’est le yassa poulet.

khadidja

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles