Justice : la perpétuité requise contre le jeune Mayacine Diop alias Vito, pour assassinat à coups de couteau d’une domestique

Le ministère public a requis la perpétuité contre le prévenu Mayacine Diop alias Vito, âgé de 24 ans et domicilié à Thiaroye, qui a comparu hier devant la chambre criminelle. Le jeune homme répondait des faits d’assassinat sur la domestique Binta Mané, mère d’un enfant de 5 ans.

Les faits se sont déroulés le 15 septembre 2014. Ce jour-là, le jeune Mayacine Diop avait quitté la localité de thiaroye, en banlieue, pour venir assister un match de football au terrain des Hlm angle Mousse à Dakar.

À un moment donné, il s’est introduit dans une maison avec le dessein de commettre un larcin. Il croyait que la maison était vide de ses occupants mais il a eu la malchance de rencontrer la domestique qui s’affairait à des travaux ménagers.

Surpris par cette dernière, nous informe le journal Le Témoin, il s’en est suivi une altercation au cours de laquelle le jeune homme de 19 ans à l’époque des faits a administré trois coups de couteau à la bonne respectivement au foie, au thorax et à l’abdomen.

En quittant la maison après avoir mortellement blessé la malheureuse, il croise dans sa fuite le nommé Balla Sarr qui l’a arrêté avant de le conduire au commissariat du Point e.

Inculpé et interrogé par les enquêteurs, le prévenu a reconnu le meurtre et maintenu ses aveux à l’enquête préliminaire. L’autopsie du médecin légiste a fait état de plaies profondes provoquées par un couteau.

À la barre de la chambre criminelle, Mayacine Diop a reconnu avoir donné des coups de couteau tout en soutenant qu’il n’avait pas l’intention d’ôter la vie à la victime. Dans son réquisitoire.

Le procureur pour qui aucune condamnation ne peut adoucir la douleur de l’enfant de 5 ans dont la mère a été poignardée mortellement a parlé de préméditation et d’assassinat.

Son substitut a requis des travaux forcés à perpétuité.

Les conseils de l’accusé, tout en déplorant le meurtre d’un être humain dans des circonstances extrêmement douloureuses, ont néanmoins tenté de tirer d’affaire leur jeune client.

Me Khassimou Touré donne un cours magistral au parquet soutenant que la voix populaire a droit au chapitre. « Le prévenu est victime de la pauvreté car étant issu de la banlieue », a plaidé l’avocat.. D’après Me Touré, la préméditation n’est pas étayée par une preuve matérielle tangible. l’avocat a reconnu que son client avait menti à la barre car il avait l’intention de voler en entrant dans l’appartement, il n’avait pas franchi le discernement de la minorité qui l’a poussé à voler à l’occasion de la fête de la tabaski. Après son acte criminel, il a renoncé à commettre le vol.

Me Touré a terminé sa plaidoirie en faisant valoir que condamner le jeune homme à perpétuité, c’est le priver de sa famille et de la société. « Il faut juger en droit puisque le mobile est le vol, qui est d’ordre économique », a-t-il insisté.

Après la brillante plaidoirie de Me Khassimou touré, le ministère public a requalifié les faits d’assassinat en tentative de vol avec usage d’arme ayant entrainé la mort de la domestique Binta Mané.

Le substitut du procureur reconnait qu’il n’est pas trop tard pour bien faire puisque le doyen Me Touré a fini d’administrer une leçon magistrale au parquet.

L’affaire est mise en délibéré pour le 05 mars prochain.

Source Le Témoin

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles