Oumar Gueye sur la Pêche illicite : « Nous perdons 150 milliards par an »

M. Oumar Gueye, ministre de la pêche, en marge de la journée du ministère de la pêche et de l’économie maritime au CICES, portant sur « l’économie bleue », estime que la pêche illicite fait perdre au Sénégal 150 milliards par an.
« La pêche illégale non déclarée, non réglementée fait des dégâts très importants au niveau mondial. Effectivement, nous ne sommes pas épargnés. Nous perdons 150 milliards par an par rapport à cette pêche illégale. Et nous avons des mesures importantes par rapport au nouveau code de la pêche qui réprime de manière très sévère les bateaux qui pratiquent la pêche illégale, qui constituent une menace pour notre économie et que nous devons nous organiser ensemble au niveau mondial, la coalition mondiale pour lutter contre la pêche INN pour qu’au niveau mondial, nous puissions régler cette problématique »,affirme le ministre de la pêche, M. Oumar Gueye.
Et le ministre de la pêche de rajoute : « Avec l’économie bleue, il faut comprendre plusieurs secteurs d’activité liés aux océans, aux cours d’eau, entre autre, allant de la pêche, aux transports fluviaux maritimes, à l’exploitation des hydrocarbures offshore. Il s’agit pour l’économie bleue de viser un développement durable dans l’exploitation des ressources marines par une pêche responsable ; une lutte enclenchée contre la pollution marine, une lutte effrénée contre la pèche illicite non déclarée, non réglementée, INN ; un plan d’adaptation face aux changements climatiques dans le secteur de la pêche et la résilience des communautaires face aux changements climatiques ».
M. Abdou Hamid Diop, expert maritime, souligne que les ports maritimes ont besoin des investissements lourds dont la nécessité des concessions. Il précise que Les investissements maritimes ont besoin de sécurité juridique et de la pérennité de leurs investissements.
M. Pape Gora Ndiaye, expert maritime affirme : « Comme vous savez, nous perdons 150 milliards par an à cause de cette pêche illicite. Au Sénégal, la pêche occupe une place privilégiée dans le Plan Sénégal Emergent.75% de nos besoins en protéines animales proviennent des produits de la pêche. Le secteur du transport maritime occupe une place très importante dans notre économie, 95% de nos transports maritimes, transitent par le Port de Dakar. Avec l’économie bleue, le Sénégal peut capter beaucoup de ressources pour financer le secteur de la pêche. Il s’agit de faire de la pêche, un moteur de développement de la croissance économique ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles