La CEDEAO et le HCR face aux flux de population mixtes : il est essentiel en Afrique de l’ouest de renforcer la protection et les solutions pour les réfugiés et demandeurs d’asile

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés et les parties prenantes concernées ont discuté des flux de population mixtes en Afrique de l’Ouest et des mesures à prendre pour assurer la protection des réfugiés, demandeurs d’asile et autres personnes ayant des besoins spécifiques qui: font partie de ces flux.

Mme Siga Fatima Jagne, Commissaire de la CEDEAO pour les affaires sociales et le genre, représentante du Président de la Commission de la CEDEAO, a souligné la nécessité de créer un environnement propice «pour encourager les jeunes à s’engager dans des activités significatives qui travail indépendant ».

Selon M. Jagne, cela appelle «le développement de cadres juridiques pertinents pour les régions et les pays, un plaidoyer et une sensibilisation de haut niveau pour la mise en œuvre des cadres de protection existants et l’amélioration de l’environnement de protection général dans l’espace CEDEAO».

Elle a insisté sur la nécessité de tirer parti de l’expérience, de la pratique et des intérêts des États membres afin de créer des pistes pour relever les défis identifiés.

«La migration mixte est un phénomène complexe en raison de la multiplicité des facteurs à l’origine des mouvements, ainsi que des besoins et profils différents des personnes concernées», a déclaré Liz Ahua, représentante régionale du HCR pour l’Afrique de l’Ouest.

« Jamais, dans les relations entre la CEDEAO et le HCR, nous n’avons été confrontés à des défis aussi immenses et divers que les crises croissantes, qui sont à tous égards différents de ce que nous avons vu auparavant », a déclaré Liz Ahua, ajoutant que «la collaboration est essentielle pour sensibiliser et améliorer la protection des réfugiés, des demandeurs d’asile, des apatrides, des victimes de la traite et des personnes présentant des caractéristiques spécifiques, tels les besoins en déplacement dans la région ».

Le cadre de coopération existant, qui repose sur trois protocoles d’accord avec la Commission de la CEDEAO, le Parlement ainsi que la Cour de justice de la CEDEAO, participant également à la séance de réflexion, devrait être renforcé à mesure que les ambassadeurs feront le point des progrès accomplis, identifieront défis et façonner la réponse aux flux mixtes en Afrique de l’Ouest.

Le Représentant permanent du Nigéria auprès de la CEDEAO et président du Comité des représentants permanents, l’Ambassadeur Babatunde Nurudeen, a souligné que les flux mitigés dans la région résultaient de bouleversements sociopolitiques, qui comprenaient, entre autres, des réfugiés, des demandeurs d’asile, des migrants économiques et des mineurs non accompagnés. , migrants environnementaux, personnes victimes de trafic, victimes de la traite.

L’Ambassadeur Nurudeen a souligné que la retraite était une occasion pour élaborer des stratégies et proposer des solutions durables afin d’atténuer les conséquences des déplacements forcés.

«Les problèmes d’apatridie, de protection des réfugiés, de déplacements forcés et de flux mixtes posent des embarras transversaux qu’il faut reconnaître pour identifier et mettre en œuvre des solutions durables», a déclaré Frantz Celestin, chef de mission à l’OIM, l’agence des Nations Unies pour les migrations. Il a mis l’accent sur la centralité de la protection, qui réaffirme que «la protection de toutes les personnes et communautés touchées et à risque doit éclairer la prise de décision et la réponse à apporter».

Représentant le gouverneur de l’État d’Akwa Ibom, le secrétaire du gouvernement de l’État, Emmanuel Ekuwem, a déclaré que « les gouvernements doivent mettre en place des politiques visant à dissuader nos jeunes de prendre des risques insensés dans l’espoir de garantir un meilleur avenir économique ailleurs ». Car les facteurs qui entraînent le déplacement doivent être abordés de manière globale.

À la fin de la journée de réflexion, les participants ont également formulé des recommandations visant à renforcer l’engagement en faveur de la lutte contre l’apatridie et à la recherche de solutions durables au déplacement forcé dans la région.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles