Vélingara/Drogue La gendarmerie détruit deux champs de cannabis et en saisit 80 pieds

Dans la région de Kolda où la pauvreté sévit, certains paysans n’hésitent pas de s’adonner à la culture et à la vente du chanvre indien et du cannabis, malgré les lourdes sanctions pénales qu’ils encourent.

Dans cette partie sud du pays, le trafic de l’herbe qui « tue » est devenu une activité lucrative et tente la plupart des populations. C’est le cas à Koumpébé, village de la commune de Paroumba dans le département de Vélingara. Dans cette localité frontière avec la Guinée Bissau, la drogue se vend comme du petit pain.

Les sieurs Amadou Baldé et Souleymane Boiro y tenaient chacun deux champs de cannabis d’une superficie de 20/20 mètres, jusqu’à la visite des gendarmes de la brigade de Pakour. Les pandores y ont saisi 80 pieds de cannabis fraîchement arrachés. Par contre, les deux paysans ont pu échapper aux éléments du commandant d’Abdoulaye Wade de la brigade de gendarmerie de Pakour.

En effet, dans cette partie de la région, l’absence de collaboration des populations, le manque d’information et l’accès difficile dans cette zone constituent un frein au travail des forces de l’ordre.

Les habitants restent sourds aux demandes de collaboration des forces de l’ordre.

« La drogue est notre ennemie commune. Elle sévit dans notre région et elle est en train de détruire notre jeunesse, surtout nos élèves, puisqu’elle est vendue dans certains établissements secondaires », confie Mamadou Baldé, enseignant dans ladite localité.

Source Enqueteplus.com

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles