Touba : la Ville Sainte, capitale du Moudisme, grandit de jour en jour

Touba est une ville du Sénégal, siège de la confrérie musulmane des mourides, située à 194 km à l’est de la capitale Dakar dans le département de Mbacké. Elle est la deuxième ville la plus peuplée du pays, derrière la capitale Dakar.

Cité dans le Saint Coran, le mot Touba vient de l’arabe ūbā‘ba’, qui signifie « félicité » ou « béatitude ». La ville sainte de Touba fut fondée dans la forêt de Mbaffar en 1888 par le cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, le fondateur du mouridisme.

Ainsi, l’essor de la ville est lié au grand pèlerinage qui célèbre chaque année le départ en exil du fondateur de la confrérie des mourides. Ce pèlerinage est appelé le magal.

La Ville Sainte abrite la plus grande bibliothèque musulmane au Sénégal, avec 170 000 ouvrages. De nombreux fidèles de cette communauté se déplacent une partie de l’année dans les villes du monde pour faire fortune dans le secteur du commerce, travail dont ils reversent une partie aux œuvres sociales de Touba.

Bien qu’elle soit largement urbanisée, administrativement, la ville se situe sur le territoire de la Communauté rurale de Touba Mosquée, subdivision de l’arrondissement de Ndame, département de Mbacké dans la Région de Diourbel.

En zone urbaine, la ville est constituée de 25 villages : Alia, Boustanoul, Arifina, Darou Alimoul Khabir, Darou Khadim, Darou Khoudoss, Darou Marnane, Darou Marnane 2, Darou Miname, Darou Salam Ndame, Dianatoul Mahwa, Gouye Mbind, Guédé Bousso, Keur Niang, Khaïra, Ndindy Abdou, Same Lah, Touba Al Azhar, Touba Guédé, Touba Madyana, Touba Mosquée, Boukhatoul Moubarak, Ndamatou 1, Touba HLM, Touba Ndiarême, Route de Darou Mousty6.

La ville a cependant un statut particulier puisque, comme d’autres villes saintes du Sénégal, elle dispose d’une police particulière et d’un règlement basé sur la charia selon l’école juridique malékite.

Touba est la deuxième plus grande agglomération du Sénégal derrière Dakar.

Serigne Abdoul Ahad Mbacké, troisième calife de 1968 à 1988, a joué un rôle très important dans le développement des infrastructures de Touba imprimé : extension de la mosquée (passée de 4 000 à 6 000 places), électrification de la ville, lotissement, installation du réseau téléphonique, construction de dix forages, d’un aérodrome, d’une gare routière, etc.

Elle dispose d’une université islamique d’un coût de 17 millions de dollars. Les cimetières de Touba sont situés à l’est de la mosquée. Tous les mourides sont appelés à y être enterrés.

Touba abrite une grande mosquée, entamé en 1926 et achevée en 1963, en perpétuel agrandissement. L’un des minarets, culminant à 86 m, est le plus haut d’Afrique de l’Ouest.

Elle abrite le mausolée d’Ahmadou Bamba visité chaque année par de très nombreux pèlerins durant le Grand Magal de Touba.

La communauté mouride a également bâti dans la capitale Dakar une autre mosquée, plus grande que celle de Touba, dénommée Masalikoul Djinane.

  • Le cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, théologien musulman soufi.
  • Le premier khalif fut Serigne Mouhamadou Moustapha, le second fut Serigne Mouhamadou Falilou, le troisième fut Serigne Abdoul Ahad (Baye Lahad), le quatrième fut Serigne Abdoul Khadre, le cinquième fut Serigne Salihou, le sixième fut Serigne Bara , le septième Serigne Sidy Moukhtar et le huitième Serigne Mountakha.
  • Le Khalif général, est Serigne Mountakha Mbacké, un petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké Khadimoul Rassoul.
  • On peut aussi citer le porte-parole Serigne Basse Abdou Khadre l’imam ratib Serigne Mamoune Bousso, Serigne Fadilou Abdou khadre pour les prières des fêtes ; Serigne Afia Bousso, l’imam pour les 5 prières quotidiennes sauf Fajr et Ishâ, qui sont dirigées par Serigne Bara Bousso.

Avec Wikipédia

Michel DIEYE

Rédacteur

Michel DIEYE

à lire

Autres Articles