Santé/Assainissement : Vers la fin de la défécation à l’air libre pour 28 villages de Tambacounda

Au total 28 villages des régions de Tambacounda, Kédougou et Matam, ont bénéficié du Projet intégré d’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement en milieu rural (Hygi.Ass/Rural),en vue de lutter contre la défécation à l’air libre, a annoncé vendredi, le chef du projet , Kusuda Kazuchiyo. 

Le coût de ce projet qui a démarré en mars 2012 est estimé à un milliard de francs CFA, il est financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et mis en œuvre par le ministère de la Santé et de l’Action sociale et celui de l’Hydraulique et de l’Assainissement.

Il a pour objectif de contribuer à l’amélioration des habitudes en matière d’hygiène et d’assainissement et l’accès aux ouvrages d’assainissement adéquats des populations en milieu rural.

Il vise aussi à mettre fin la défécation à l’air libre par la promotion de l’utilisation de latrines et la vulgarisation d’infrastructures d’assainissement conformes aux normes d’accès aux ouvrages d’assainissement.

‘’Plusieurs latrines ont été construites dans les maisons des villages concernées. Des actions de sensibilisation ont été également menées pour des changements de comportements ‘’, a de son coté, souligné le point focal du projet Hygi.Ass/Rural, Seny Séne, par ailleurs agent de la direction de l’assainissement.

Il a toutefois déploré les coûts onéreux des actions menées dans le cadre du projet, indiquant que ‘’des réflexions sur des prototypes à moindre coûts sont en cours surtout dans la construction des latrines qui sont très essentielles pour mettre fin à la défécation à l’air libre et dans la nature’’.

Le comité de pilotage du projet a aussi présenté plusieurs documents concernant les approches utilisées dans la formation des relais, des maçons chargés de construire les latrines et des enseignants d’écoles élémentaire pour la transmission des bonnes attitudes en matière d’hygiène.

Le comité a enfin souligné que des effets positifs ont été notés sur les comportements des populations durant les deux dernières années, assurant toutefois que les résultats du projet et son impact ne seront connus que dans les 5 prochaines années.

Source APS

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles