Riz blanc : Une importante quantité attend preneur dans la vallée du fleuve Sénégal

Un communiqué du ministère de l’Agriculture renseigne que la commercialisation constitue un facteur bloquant qui va poser un problème de solvabilité bancaire chez les producteurs pour démarrer pour démarrer la contre saison. « Trouver un preneur pour le riz sénégalais constitue un véritable casse-tête pour les producteurs rizicoles de la Vallée du Fleuve Sénégal.

Et profitant de la visite du Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dr Papa Abdoulaye Seck, en tournée de suivi de la campagne dans le nord du pays, les acteurs ont montré d’importantes quantités de riz blanc et paddy qui sont d’une qualité sans commune mesure, mais en souffrance dans leurs rizeries et magasins de stockage », explique-t-on dans le document. La source précise que ce qui constitue, selon eux, un véritable frein pour s’engager dans la contre saison, faute de solvabilité bancaire.
Et le document de préciser : « Dans la Vallée du Fleuve Sénégal, les complaintes se multiplient du côté des producteurs de riz. Avec des quantités énormes et de très bonne qualité, ils n’arrivent pas à trouver des acquéreurs pour leurs stocks car la vente pose un véritable problème. Korka Diaw, productrice et transformatrice basée à Richard Toll, se dit très étonnée lorsqu’elle entend dire qu’il n’y a pas de riz de la Vallée. Disposant de plus de cinq cent (500) tonnes de riz blanc non vendues et d’une très grande quantité de riz paddy, Korka Rice précise qu’elle a mis aux arrêts ses unités de transformation de riz, faute d’espaces de stockage car tous ses magasins sont remplis de riz blanc et paddy ».
La source note qu’à Thiagar, dans la Société Coumba Nor Thiam, chez Mbodji et frères tout comme chez les frères Diallo du GIE Naxari Derète, la situation reste échangée. C’est quelque cinq cents (500) tonnes de riz blanc non vendues et deux mille cinq cents (2 500) tonnes de riz paddy non transformées qui campent le décor chez Coumba Nor Thiam sans compter les six mille (6 000) tonnes de paddy et plus de sept cents cinquante (750) tonnes de riz blanc le GIE Naxari Derète.
Le document souligne que face aux producteurs, la tutelle a vite fait de se féliciter de ce qu’il a vu dans la vallée, en termes de production rizicole. Toujours d’après la source, constatant «qu’il y a, effectivement, du riz blanc dans la Vallée du Fleuve Sénégal », Dr Papa Abdoulaye Seck de préciser ceci : « nous le disons en présence des représentants de l’administration territoriale, en présence du maire de la localité, en présence des acteurs, en présence des directeurs généraux et nationaux, en présence des chefs de service et même en présence des journalistes. J’ai touché de mes propres mains, j’ai vu des mes propres yeux. Ce qui se passe est grave. Si nous voulons véritablement réaliser l’autosuffisance, il est essentiel que nous puissions, au moins, faire deux cultures. Si nous n’arrivons pas à écouler la production du pluvial, c’est clair que les acteurs vont perdre leur solvabilité bancaire et ne pourront pas aller en contre saison ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles