Modernisation de l’enregistrement des faits d’état Civil, l’UE appuie le Sénégal à hauteur de 3 milliards 500 millions FCFA

L’Union européenne, dans le cadre de la modernisation de l’enregistrement des faits d’état civil, apporte son appui à notre pays à hauteur de 3 milliards 500 millions FCFA. Cette information est contenue dans un communiqué de l’UE parvenu à la rédaction de lactuacho.

« L’Union européenne (UE) en partenariat avec le Ministère de la Gouvernance Locale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire du Sénégal met en œuvre la deuxième phase du Projet d’appui à la modernisation de l’état civil du Sénégal ».

« Il a pour objectif de contribuer à la mise en place de la stratégie nationale de modernisation du système d’enregistrement des faits d’état civil sénégalais. Le Projet est financé par l’UE pour un montant total de 3 milliards 500 millions FCFA dont 1 milliard 733 millions FCFA dédié à la 2ème phase qui a démarré en juillet 2015 pour une durée de 17 mois », précise le communiqué.

La modernisation et l’informatisation de l’Etat civil constituent une priorité nationale, nous dit-on

La source renseigne que : « La résolution des problèmes liés à l’état civil représente un enjeu national majeur pour le Sénégal. A ce titre, le Gouvernement a érigé en priorité nationale, la modernisation et l’informatisation de l’état civil. En accord avec les autorités du Sénégal, l’UE a mis en œuvre un programme de modernisation de l’enregistrement des faits d’état civil. Cet appui permettra d’améliorer la gouvernance du système de l’état civil et la sensibilisation des populations sur l’importance des déclarations des faits d’état civil. Il contribuera également au système d’archivage et de numérisation des données».

D’après toujours le communiqué, la 1ère phase du programme a commencé en 2013 et a obtenu, entre autres, les résultats suivants : la création d’un projet de code de l’état civil ; la radiation de 55 000 personnes majeures décédées du fichier électoral ; la réalisation de l’étude diagnostique des centres d’état civil ;le déroulement d’actions de sensibilisation avec les maisons de justice ; la restauration et reconstitution des registres des centres saccagés et la régularisation de 26 000 cas d’élèves du cycle primaire non déclarés à l’état civil.

« En phase avec les recommandations issues de l’évaluation à mi-parcours du projet, la 2ème partie a pour objectif l’adoption des textes régissant l’état civil et l’informatisation de l’état civil dans 60 centres pilotes. De plus, le patrimoine de l’Etat civil sera sécurisé par la conservation des registres des centres pilotes et la numérisation des registres de l’état civil », mentionne-t-on dans le document.

D’après la source, M. Joaquin Gonzalez-Ducay, Ambassadeur, Chef de Délégation de l’UE Sénégal déclare : « L’enregistrement des faits d’état civil aussi bien à la naissance qu’après un décès est un impératif dans l’élaboration de politiques de développement efficaces. A cet effet, l’UE continuera d’appuyer le gouvernement dans la modernisation des enregistrements et l’amélioration de la gouvernance de l’état civil. De plus, les populations méritent d’être sensibilisées car un enfant non enregistré n’a aucune identité civile et ne bénéficie d’aucun droit ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles