Il faut un débat sincère entre pouvoir et opposition sur l’organisation des élections

Le  respect des principes de base d’une élection démocratique s’impose a tout le monde qu’on est du pouvoir ou de l’opposition. Il n’y a aucune raison que les questions qui sont liées  à l’organisation d’une élection libre et transparente demeurent un sujet politisé pouvoir comme opposition y compris.

Et pour se faire, il est plus juste qu’une personnalité neutre se charge de l’organisation des élections législatives en 2017 comme pour les présidentielles en 2019.

L’organisation d’une  élection libre et transparente par un ministre de l’intérieur partisan n’est pas crédible et ne tient pas la route .Cette question a été soulevée par Omar Sarr Secrétaire adjoint du Pds lors du dialogue pouvoir-opposition est à prendre très au sérieux.

Il y a un risque, un danger qu’il faut mesurer dans les deux camps.

Pour les leaders du front pour la défense du Sénégal, il est question que le président Macky Sall mesure l’importance des risques et que son camp ne prenne pas à la légère les exigences formulées dans leur lettre, l’invitant à cette occasion à consolider la stabilité politique socle d’une démocratie exemplaire comme l’ont faits ses prédécesseurs..

Les discutions autour d’un processus électorale fiable, toutes les propositions formulées par les partis de  l’opposition ont toujours étés prises au sérieux par le pouvoir.

Pour pérenniser cette belle culture politique les partis de l’opposition réunis autour du front pour la défense du Sénégal  invitent le président Macky Sall  à désigner une personne neutre pour toutes les opérations de votes afin d’éviter que son ministre de l’intérieur Abdoulaye Daouda Diallo endosse un costume trop grand pour lui.

Jon Birahim

Pds  France

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles