DÉFI ENVIRONNEMENTAL MAJEUR : Le concept zéro déchet commence à porter ses fruits

Dans le cadre d’une gestion durable et de l’amélioration du cadre de vie et de la santé des populations, le concept « zéro déchet » initié par le chef de l’État Macky Sall, a commencé à porter ses fruits. Ainsi, cette politique mise en œuvre depuis quelques temps, va faciliter la revalorisation les déchets plastiques en produits recyclables.

Les déchets plastiques sont l’un des plus grands problèmes de durabilité auxquels le monde est confronté aujourd’hui. S’attaquer à ce problème nécessite une approche collective. Après le concept de zéro déchet lancé par le chef de l’État Macky lors de la cérémonie de son investiture, beaucoup d’entreprises nationales ont trouvé nécessaire d’accompagner cette politique, en s’engageant à trouver des solutions pour réduire, réutiliser et recycler leurs déchets plastiques. Comme c’est le cas, Nestlé a pour ambition de réaliser des emballages 100 % recyclables ou réutilisables d’ici 2025.

Selon son Directeur général, Xavier Beraud, « nous voulons faire de nos ordures de l’or pur, avec notre politique de revalorisation de nos déchets ». Ce dernier a fait savoir également que l’entreprise qu’il dirige va se concentrer sur trois plier pour atteindre son objectif. Il s’agit d’éliminer les plastiques non recyclables, tout en encourageant l’utilisation de plastiques qui permettent de meilleurs taux de recyclage, et d’éliminer ou modifier des combinaisons complexes de matériaux d’emballage. Il s’exprimait en marge de la visite d’usine de plus d’une vingtaine de membres de l’Association des journalistes en santé, population et développement (Ajspd) tenue ce mardi 30 avril 2019, où il a déclaré qu’ils sont parvenus à réduire de 11 % les teneurs en sel du bouillon par rapport au niveau mondial où la réduction de sel est à 55 %.

« Nos teneurs en sel tournent autour de 40 à 43 %. Ce qui nous a permis de faire un grand bond par rapport à la réduction des teneurs en sel du bouillon « Maggi » qui subit en interne plus de 400 contrôles de la matière première, jusqu’aux produits chimiques », explique-t-il. Pour ceux qui disent que ce produit alimentaire est source d’infertilité au Sénégal, la responsable des recettes des produits de cette firme, Kadidiatou Gnagna, de balayer d’un revers de main : « Ce qui se dit sur les Réseaux sociaux et autres, n’est basé sur aucun chiffre. Mêmes les médecins ne parviennent pas à le démontrer ».

Mais aussi, elle a profité de occasion pour sensibiliser davantage ceux qui utilisent dans la préparation de leur repas beaucoup de bouillons. « Pour un repas de six personnes, il faut utiliser 2 tablettes. Chaque tablette fait 10 g pour 1,7 g de sel par tablette de bouillon. Ce qui fait une consommation de plus de 3,3 g par personne », a-t-elle conseillé. Selon elle, l’usine est parvenue à diminuer la teneur en sodium de 25%. Parlant de la production annuelle, cette dernière de révéler que 23 à 25 mille de tonnes de produits sont utilisées chaque année. Pour les tablettes, lance-t-elle, 17 000 tonnes de tablettes sont produites dont 25 % sont vendus au niveau local et 75 % destinés pour l’export. Abondant dans le même sens, Mame Pane Sakho, chargée de la communication d’annoncer que la firme se focalise sur quatre engagements pour une alimentation équilibrée afin d’améliorer la qualité de vie des populations.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles