Coopération: la CEDEAO exhorte Israël à supporter sa nouvelle vision du développement

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a exhorté l’État d’Israël à soutenir sa nouvelle vision du développement agricole, l’autonomisation des femmes et des jeunes ainsi que la durabilité environnementale.

S’adressant à l’envoyé spécial israélien pour l’Afrique de l’Ouest, M. Barnea Hassid à Abuja, au Nigeria le 20 juillet 2018, Mme Finda Koroma, vice-présidente de la Commission de la CEDEAO, a souligné l’importance d’utiliser les principes de la nouvelle vision. les pays de la région en coopérant avec des pays technologiquement avancés tels qu’Israël.

Le communiqué qui nous est parvenu indique que vice-président a énuméré d’autres domaines où le gouvernement d’Israël peut coopérer avec la Commission de la CEDEAO pour inclure la médecine, l’énergie solaire et renouvelable, l’irrigation, la biomasse, l’expertise vétérinaire, etc.

Selon Mme Koroma, la Commission de la CEDEAO espère tirer le meilleur parti de la coopération économique avec l’Etat d’Israël tout en s’adressant aux citoyens faibles et vulnérables tels que ceux qui vivent dans les communautés frontalières qui sont considérées comme parmi les plus pauvres.

Elle a insisté sur la nécessité de dériver de la coopération avec l’État d’Israël, «des choses pratiques qui ont du sens pour nous et qui peuvent avoir un impact positif sur la vie des citoyens, notamment l’ajout de chaînes de valeur dans l’entretien des équipements». Elle a ajouté que la coopération dans le domaine de l’éducation et la formation des formateurs sont essentielles à cet égard.

En ce qui concerne spécifiquement le Fonds de stabilisation en faveur des migrants de retour irréguliers d’origine ouest-africaine, le vice-président Koroma a déclaré que l’objectif était de les réintégrer dans les sociétés. « La question a toujours été: que faisons-nous avec eux quand nous les ramenons? Comment les empêchez-vous même de migrer dangereusement? Mais nous voulons les transformer en volontaires, aider à reconstruire nos écoles et les acteurs du service social et être des citoyens utiles … », a-t-elle ajouté.

Elle a maintenu à cet égard que la Commission de la CEDEAO souhaite s’associer à l’Etat d’Israël pour changer l’état d’esprit psychologique des jeunes de la région, leur faire croire en eux-mêmes et voir l’espoir dans un avenir meilleur.

Auparavant, l’envoyé spécial israélien, accompagné du vice-chef de mission et chargé d’affaires du pays au Nigeria, M. Nadav Goren, avait plaidé pour la réactivation du mémorandum d’accord existant entre la Commission de la CEDEAO et Israël, notant que ses deux textes peuvent contribuer grandement à favoriser des relations bénéfiques entre les deux parties.

Soulignant la perspective historique des relations israélo-africaines, M. Hassid a souligné la nécessité de s’appuyer sur l’importance de la participation du Premier ministre israélien, M. Benjamin Netanyahu, au 51ème Sommet de l’autorité de la CEDEAO des Chefs d’Etat et de Gouvernement Monrovia, en juin 2017.

Le vice-président Koroma a toutefois assuré que la question du mémorandum d’accord existant serait prise en compte afin de le réviser et de l’enrôler au service des citoyens de la communauté.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles