Compte courant : Les projections tablent sur un déficit de 546,6 milliards en 2017

La Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), dans son document : « SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIÈRE EN 2016 ET PERSPECTIVES EN 2017 », a projeté 546,6 milliards de déficit du compte courant en 2017.

« Le déficit du compte courant est projeté à 546,6 milliards en 2017 contre 533,2 milliards en 2016, soit une dégradation de 13,4 milliards, imputable, principalement, à la balance des biens, à celle des revenus et, dans une moindre mesure, à la balance des services. Toutefois, le déficit courant rapporté du PIB enregistrerait une amélioration, en s’établissant à 5,8% contre une prévision de 6,1% en 2016 », mentionne-t-on dans le document susmentionné.
D’après la Dpee, le déficit de la balance commerciale devrait s’établir à 1306,0 milliards en 2017, contre 1259,2 milliards en 2016, soit un creusement de 46,8 milliards, en liaison avec une progression plus importante attendue au niveau des importations (+203,4 milliards), comparativement à l’accroissement des exportations de biens (+156,6 milliards).
« L’augmentation des importations de biens reflèterait, notamment, la hausse des importations de produits pétroliers, en raison, de la remontée des cours du baril conjuguée au raffermissement des quantités de pétrole brut importé. Elle serait, par ailleurs, tirée par les importations de biens d’équipement et de biens intermédiaires, imputables, respectivement, à la poursuite des investissements et au regain de dynamisme dans l’industrie. S’agissant des exportations, la progression attendue serait portée, principalement, par les produits arachidiers, l’acide phosphorique, le ciment, les produits horticoles et le phosphate », explique-t-on dans le document.
Selon la source, concernant la balance des revenus, son déficit se dégraderait de 29,0 milliards, en passant de 292,0 milliards à 321,0 milliards entre 2016 et 2017, sous l’effet de l’augmentation du rapatriement des revenus des investissements directs. Et la balance des services, pour sa part, est projetée en déficit de 73,8 milliards, soit une détérioration de 3,3 milliards qui serait imputable, essentiellement, à l’augmentation du fret à l’importation.
Et le document de préciser :« La dégradation du compte courant devrait, toutefois, être atténuée par le renforcement de l’excédent de la balance des transferts courants, à la faveur aussi bien des transferts courants privés que ceux publics. Ainsi, les transferts courants nets sont projetés à 1154,2 milliards, soit en amélioration de 65,7 milliards par rapport à 2016 ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles