CEDEAO : rencontre des bailleurs de fonds pour le financement du plan directeur de l’aménagement des corridors pour l’anneau de croissance

La Table-Ronde des bailleurs de fonds pour le financement du Plan directeur d’aménagement de l’Anneau de croissance de l’Afrique de l’Ouest, dénommé Plan « CACAO », s’est achevée le 18 juillet 2019, à Abidjan en Côte d’Ivoire avec un engagement financier des partenaires ainsi que l’adoption du rapport sur les différentes thématiques des projets.

La note d’information reçue indique que cette grande rencontre à laquelle participait Pathé Gueye, Commissaire chargé des Infrastructures de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été organisée par la Commission de Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) en partenariat avec la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et l’Agence japonaise de la Coopération internationale (JICA).

A l’issue de la Table-Ronde des financements à hauteur de 1400 milliards de F CFA, soit 2,54 milliards de dollars US ont été annoncés par la BOAD, la Coopération Japonaise (JICA), ainsi les membres du secteur privé de la sous-région présents à cette rencontre. D’autres partenaires techniques et financiers, tels que la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO, la Banque Africaine de Développement, l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement, la Banque mondiale, et le secteur privé, ont pris l’engagement de participer au bouclage du financement de l’initiative.

Dans son adresse aux participants, le Président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima a indiqué que la Table-Ronde s’inscrit en droite ligne des conclusions du 21ème Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’UEMOA tenu le 12 juillet 2019 à Abidjan, qui a mis l’accent sur la nécessité d’intensifier la croissance économique et le commerce intra-communautaire, autour de trois piliers que sont la diversification et la modernisation des sources de croissance, la résorption du déficit infrastructurel et l’accroissement des investissements privés à l’essor économique.

Pour M. Boureima, le Plan directeur du « CACAO » regroupe, de façon cohérente, un ensemble de projets intégrateurs prioritaires sélectionnés pour une cause sous régionale en fonction de leur effet catalyseur dans la réalisation d’objectifs de croissance et de développement durable.

Quant au Vice-président de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), M. Hiroshi Sato, il a fait part dans son allocution, de l’intérêt que son agence porte au Plan directeur « CACAO » dont l’objectif est de promouvoir une approche régionale intégrée dans la planification et la conduite d’activités de développement, et  de stimuler simultanément, différents secteurs économiques.

Le Commissaire Pathé Gueye, représentant le Président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou, s’est dit convaincu que le secteur des infrastructures constitue un puissant levier de développement des pays de l’espace CEDEAO.

Il a  mis en exergue les efforts que déploie la CEDEAO pour améliorer le climat des affaires en Afrique de l’Ouest avec la mise en place d’un Tarif Extérieur Commun (TEC), et de divers Protocoles sur la Libre circulation, la Paix, la Sécurité, l’Energie, de l’Agriculture.

Il a aussi souligné l’excellente collaboration entre la CEDEAO et l’UEMOA pour la mise en œuvre de projets d’intégration au profit des populations. A ce propos, il a fait mention de l’existence d’un secrétariat technique conjoint (STC) entre la CEDEAO et l’UEMOA dédié à l’harmonisation des politiques des deux organisations dans l’ensemble des secteurs.

Le Commissaire Pathé Guéye a annoncé qu’à l’instar de l’UEMOA, la Commission de la CEDEAO envisage d’organiser prochainement une table-ronde des bailleurs de fonds pour financer son Programme de Développement Communautaire (PCD).

A noter que l’ouverture officiel des travaux, a été faite par Adama Koné, Ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, qui dans son discours, a nourri l’espoir que l’ambitieux projet qu’est le Plan « CACAO » puisse contribuer significativement à l’amélioration des conditions de vie des populations de la sous-région.

Pour rappel, le Plan « CACAO » conçu en 2013, lors de la 5ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 5) est un vaste programme sous régional dont l’objectif est d’œuvrer à la construction d’un espace économique stable, compétitif et équilibré entre les zones côtières et celles enclavées, grâce à l’élargissement des marchés et à la prise en compte des complémentarités régionales.

 

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles