CEDEAO : la Commission insiste pour que les règles du commerce soient plus dynamiques et plus souples

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se réjouit de l’adoption de règles d’origine plus dynamiques et souples, qui tiennent compte des intérêts des opérateurs économiques de la région.

Cette communication a été faite par M. Tèi Konzi, commissaire chargé du commerce, des douanes et de la libre circulation, à l’ouverture de la réunion régionale de trois jours d’experts nationaux sur les règles d’origine communautaires de la CEDEAO, qui s’est tenue à Abuja, au Nigéria, le 3 octobre 2018.

Le Commissaire a déclaré aux experts nationaux qu’il était devenu impératif d’actualiser le système au moyen de modifications, la Commission de la CEDEAO ne pouvant rester en marge de tout développement se déroulant dans le contexte de l’environnement commercial dans lequel elle opère.

Selon lui, l’évolution de la situation a entraîné certains changements, notamment la conclusion de l’accord sur la facilitation des échanges, l’avènement de l’accord de partenariat économique entre l’Afrique et les Caraïbes, l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne, ainsi que l’accord de création la zone de libre-échange africaine.

Constatant que les accords internationaux suscitent de plus en plus d’inquiétudes chez les acteurs du commerce international, le Commissaire Konzi a affirmé que la CEDEAO ne se reposerait pas sur ses lauriers malgré les étapes franchies avec la création de la zone de libre-échange et l’entrée en vigueur d’un tarif extérieur commun et l’adoption d’un code des douanes communautaire.

En effet, il a souligné que les réalisations telles qu’une union douanière fonctionnelle exigent un travail acharné afin de la rendre plus parfaite et durable.

Il a exhorté les experts à examiner de manière critique le projet d’acte additionnel qui leur avait été soumis et à «apporter tout le travail possible pour en faire un texte novateur».

Il s’inspire largement des instruments internationaux régissant le commerce, notamment la Convention de Kyoto révisée, le Compendium de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) sur l’origine, la directive sur la certification de l’origine, les règles d’origine de l’APE et les règles d’origine de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF)

Le Directeur de l’Unité nationale de la CEDEAO du Ministère des affaires étrangères du Nigéria, M. Musa Nuhu, souhaitant la bienvenue aux représentants de 15 États membres, a souligné l’importance de la réunion pour l’examen de questions économiques présentant un intérêt pour la région.

Dans le même ordre d’idées, le chef d’unité «Commerce et coutumes» de l’agence allemande de développement – Gesellschaft Für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), Mme Amanda Bissong, a déclaré qu’il était pertinent de modifier les règles d’origine et de refléter les changements survenus. avec l’adoption du Code des douanes de la CEDEAO et d’autres instruments commerciaux.

Soulignant que l’accent devrait être mis sur l’amélioration de l’efficacité du système, elle a toutefois déclaré que les efforts de promotion du commerce devaient être complétés par la volonté politique nécessaire pour une mise en œuvre efficace.

De son côté, le chef de la Division de la libre circulation de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), M. Aboubakar Sidiki Cissé, a souligné les avantages d’une plus grande collaboration en vue de garantir la compatibilité des règles d’origine avec les règles commerciales équitables et bénéfiques du commerce équitable. Région.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles