Bonne communication sur les indications climatiques, les radios communautaires mieux armées au bénéfice du monde rural

Le changement climatique est au cœur des préoccupations, et souvent le monde rural est mal informé. Pour rectifier le tir, l’ANACIM, et l’Union des radios associatives et communautaires du Sénégal (URAC), ont organisé une séance de formation et de capacitation à l’endroit de 80 animateurs et journalistes. Cette formation entre dans le cadre du Programme « Climate Change Agriculture and Food Security » (CCAFS/CGIAR).

Les professionnels des médias ont ainsi bénéficié d’un renforcement des capacités sur des questions techniques et des concepts liés au changement climatique, à la variabilité climatique et du temps, les incertitudes liées aux prévisions. A cela s’ajoute, la compréhension et l’interprétation  des bulletins météorologiques, des politiques liées aux changements climatiques et des stratégies d’atténuation et d’adaptation à mettre en place.

Pour le chef de programme de Laghem Fm de Ndofane (région de Kaolack), Balla Moussa Sadio, « cette formation est venue à son heure, en ce sens qu’elle m’apporte un plus sur des représentations que je me faisais sur des questions relatives au changement climatique ». Et d’ajouter : « aujourd’hui, je me sens renforcer et conforter dans ma mission de sensibilisation de la population rurale et en particulier les paysans et les éleveurs qui ont besoin de certaines informations capitales pour la planification de leurs activités ».

Ces informations livrées sont d’importance capitale et pourraient être utilisées par les décideurs, les producteurs, les techniciens et les populations pour  des prises de décision raisonnées et surtout dans la planification adaptées de leurs activités.

C’est pourquoi les éléments fondamentaux basiques pouvant les aider à un meilleur partage d’une information climatique juste et à temps réel ont été livrés à ces relais de l’information  afin de les aider dans leur travail quotidien de communication et de sensibilisation.

L’adjoint au sous-préfet de Kaolack, Abdoulaye Kharma, a encouragér les journalistes et animateurs des radios communautaires à « s’approprier du projet et d’assurer une large diffusion des informations climatiques à l’endroit des producteurs agro-sylvo-pastoraux et de pêche » dans le but d’atteindre les objectifs du Plan Sénégal émergent (PSE).

Idy Diop

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles