4eme Edition de la Journée Internationale des Gens de Mer : Les difficultés des marins passées en revue

Dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale des Gens de mer, organisée chaque année par l’Organisation maritime internationale (OMI), M. Oumar GUEYE, ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, a présidé ce samedi la  cérémonie de la célébration de la 4ème édition de cette Journée dont le thème est : « la Problématique de la massification de l’emploi maritime au Sénégal ». Les difficultés rencontrées par les marins ont été soulevées.

 

Selon Doudou Fall Niang, représentant des marins industriels, il estime que l’école nationale maritime forme des officiers qui peinent à avoir un emploi. Quant à Mme Fatou Ndiaye de Gaipes, elle souligne qu’on dit élever le niveau de formation des marins. Selon elle, un marin doit savoir lire et écrire pour remplir des documents administratifs.

D’après le document remis à la presse, en 2015, le nombre d’inscrits maritimes recensés par l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM) est estimé à environ 50 000. Et seulement environ 5050 marins sénégalais sont embarqués à bord des navires sénégalais et environ 700 marins sénégalais sont embarqués à l’étranger, à bord de navires battant pavillons étrangers.

« Il se pose alors un réel problème pour tous ces nombreux inscrits maritimes qui se retrouvent sans emploi ou embarcation formelle. De plus, il faut noter par ailleurs que le nombre d’officiers formés chaque année par l’Ecole nationale de formation maritime et l’entrée timide mais de plus en plus remarquée des femmes dans la profession maritime renforcent considérablement cette massification de la profession maritime au Sénégal », précise-t-on dans le document.

Quant à M. Oumar GUEYE, Ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, il avance : « Les gens de mer et  personnels du secteur maritime, dans leur diversité, qui, chaque jour, contribuent décisivement à la construction de la  richesse  nationale. Ils sont un des  piliers du développement économique mondial, à travers le rôle central qu’ils jouent dans le dispositif du commerce international et dans l’exploitation des ressources maritimes ».

Le ministre de la pêche estime que la question de la massification de l’emploi maritime demeure une forte préoccupation de l’Etat, affirmée dans le Plan Sénégal émergent (PSE), cadre de référence des politiques de développement économique et social du Sénégal.

Et Omar Gueye de renchérir : « En effet, en consacrant dans le PSE une place privilégiée au capital humain, l’Etat œuvre entre autres, pour la valorisation du savoir-faire de nos marins réputés pour leurs heureuses prédispositions pour les métiers de la mer, tirées des nombreuses traditions et relations maritimes. Cette journée nous permet, ainsi, de nous rappeler et de garder à l’esprit les différents problèmes que vivent les marins, en vue de leur accorder une attention prioritaire dans les politiques sociales de l’Etat du Sénégal ».M. Yérim THIOUBE, Directeur Général de l’Agence nationale des Affaires maritimes précise que de la solution apportée à la problématique de l’emploi et de la formation des Gens de mer sénégalais que dépend la réussite d’une politique de développement, soutenue et réussie, du secteur maritime national.

« Aussi, voudrais-je me féliciter du niveau de ratification, par notre pays, des convention-références dans les domaines de la formation des marins, de la sécurité et de la sûreté maritimes, de la protection de l’environnement marin et des transports maritimes, pour ne citer que celles-là. Ainsi, des efforts consistants sont en cours, afin d’améliorer les conditions de vie et travail des gens mer sénégalais à bord des navires », note M. Yérim THIOUBE.

 

 

 

 

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles