Transport urbain : mauvaises conditions de travail, salaires de misère, 13 ans sans contrat de travail, le ras-le-bol des travailleurs de l’Aftu

Les travailleurs des bus Tata ont exprimé face à la presse, le dimanche 16 septembre,  leurs mauvaises conditions de travail, les « salaires de misère », 13 ans de travail sans contrat de travail…face à cette longue la liste de frustrations, ils menacent d’aller en grève.

Au terminus de la ligne 66 à Yoff, Cheikh Oumar Diallo, Abdou Ndaw et d’autres travailleurs de l’AFTU ont voulu alerter l’opinion nationale, mais surtout l’Etat sur leur précarité.

Selon leurs propos, comme des esclaves modernes, chaque jour, de quatre heures du matin à vingt-trois heures, ils travaillent pour des salaires de misère qui ne signifient rien du tout.

Selon Cheikh Oumar Diallo, un responsable syndical, de 2005 à cette année 2018, donc depuis13 ans, ils sont près de 6000 employés à exercer sans contrat de travail, ni de couverture maladie, ou d’allocation versée à l’IPRES pour leur retraite.

Ils exigent leur régularisation, le respect de leurs droits, ainsi que celui de la tranche horaire de 8 heures de travail établie par le code du travail. Ils comptent tenir une réunion de concertation le 22 septembre prochain, avant de déposer un préavis de grève.

Affaire à suivre, surtout pour les usagers

 

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles