Transparence budgétaire en Afrique Francophone : les forces et faiblesses soulignées par le FMI

Pour la représentante du FMI à Dakar, les bénéfices de la transparence budgétaire peuvent être élevés, car celle-ci est un moyen de rétablir la confiance dans les institutions publiques, d’améliorer la crédibilité budgétaire et financière, et  d’encourager les investisseurs. Les différents travaux du Fmi ont mis en évidence que :

Environ un tiers des recettes budgétaires (30 %) ne sont pas bien rapportées car collectées par des organismes ne relevant pas de l’administration centrale (par exemple les agences, les collectivités locales et société publiques, les organismes de sécurité sociale et les banques nationales).

Ces organismes ne relevant pas de l’administration centrale ont aussi accumulé au fil du temps un peu plus d’un quart des passifs relevant du secteur public.

En outre, très peu de pays, dont 6 en Afrique sub-Saharienne publient l’état de leurs finances publiques sur un périmètre couvrant l’ensemble du secteur public.

Il s’y ajoute, nous dit-elle,  que bien que la société civile et les organismes de contrôle externe jouent un rôle de plus en plus déterminant dans la gestion des finances publiques, leur action reste encore limitée par manque de moyens et de capacités.

Enfin, des pans entiers de ressources et de dette publique échappent ainsi à la connaissance du secteur public, et souvent de l’administration centrale. Ces agrégats financiers sont porteurs de risques. Or ils sont mal gérés et maitrisés, parce que mal connus.

En guise de recommandations, elle recommande qu’en ce contexte, il demeure important de renforcer la transparence budgétaire en visant les trois (3) objectifs suivants :

– rendre une image plus précise et complète de la situation financière de l’Etat ;

– mieux apprécier les coûts et les implications des politiques publiques et ;

– offrir aux élus, aux organes de contrôle, aux marchés et aux citoyens, l’information nécessaire pour rendre les gestionnaires responsables et redevables.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles