Sommet du G7, Biarritz : L’OIT se félicite de la priorité accordée aux inégalités

A l’occasion du Sommet des dirigeants du G7 de Biarritz, le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a insisté sur le fait qu’on dispose d’ores et déjà d’outils pour lutter contre les inégalités, et rappelé la nécessité d’adopter des mesures concrètes dans divers domaines d’action.

Il a aussi salué la Déclaration de Biarritz pour un partenariat entre le G7 et l’Afrique  adopté lors du Sommet, qui s’engage à promouvoir l’entrepreneuriat féminin en Afrique, la transformation numérique ainsi qu’une plus grande transparence dans les procédures de passation des marchés publics, et à lutter contre la corruption.

Le Directeur général de l’OIT Guy Ryder a salué la priorité accordée par les dirigeants du G7 à la question des inégalités, et souligné que des mesures immédiates s’imposent pour favoriser une plus grande égalité, selon un communiqué parvenu à notre site.

«Tout le monde s’accorde désormais à dire que les inégalités – sociales, économiques et politiques – posent problème, mais ne sommes toujours pas passés à l’action, et les choses en sont restées au stade des bonnes intentions», a déclaré Guy Ryder. «Nous devons agir maintenant pour obtenir des changements.»

Guy Ryder, qui assistait au Sommet du G7 à Biarritz  (France), a indiqué que la lutte contre les inégalités s’inscrit dans le droit fil du mandat de l’OIT en matière de justice sociale, lequel a été plébiscité dans la toute récente Déclaration du centenaire pour l’avenir du travail , adoptée à la Conférence internationale du Travail en juin dernier.

«Si nous partons du principe que deux des principaux facteurs d’inégalité sont la technologie et l’évolution des relations de négociations étroitement liées à la mondialisation, alors seul un changement de nos politiques pourra faire avancer les choses», a ajouté le Directeur général, qui constate par ailleurs que «les inégalités proviennent des marchés du travail, ce qui rend extrêmement important tout ce qui se fait au niveau international. Nous disposons déjà des instruments pour modifier la donne.»

Il a rappelé que la Réunion des ministres du Travail du G7  (connue cette année sous le nom de «G7 Social»), qui s’est tenue à Paris en juin dernier, a appelé à un dialogue renforcé au niveau multilatéral pour la réduction des inégalités, dans le même esprit que la Déclaration tripartite du G7 Social adoptée par les partenaires sociaux internationaux (organisations d’employeurs et de travailleurs). «Pour que des progrès soient réalisés, il est nécessaire de renforcer la coopération, la cohérence et la coordination entre les institutions [chargées des politiques commerciales, financières et de l’emploi].»

Guy Ryder a attiré l’attention sur l’importance d’inscrire ces questions à l’ordre du jour du Forum de Paris sur la Paix, qui aura lieu en novembre prochain.  Il  s’est également félicité de l’importance accordée aux questions environnementales lors du Sommet de Biarritz ainsi que de l’engagement des dirigeants à fournir 20 millions de dollars E.-U. pour aider à combattre les incendies de la forêt amazonienne.

L’OIT s’est également félicitée de l’occasion offerte par le Sommet de coopérer avec les membres du G7 afin de promouvoir une croissance durable et de lutter contre les inégalités, notant qu’une coopération renforcée avec le G7 et d’autres organisations internationales pourrait accroître l’efficacité, l’impact et la capacité des institutions à s’acquitter de leur mandat, et a exprimé son ferme soutien à la déclaration commune adoptée à cet égard.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles