Régimes alimentaires méditerranéens : l’Italie et la FAO contribuent à sensibiliser le public sur leurs bienfaits

Le fait que tout le monde puisse accéder à des régimes alimentaires sains tels que la diète méditerranéenne est essentiel afin de réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Il est donc important d’en faire la promotion et de les protéger. Selon un communiqué reçu, tel était le principal message de l’événement organisé aujourd’hui par le gouvernement italien avec l’aide de la FAO et dont le but est de mieux comprendre la diète méditerranéenne et de sensibiliser le public sur ses atouts afin de réaliser les Objectifs de développement durable.

L’événement – le premier d’une série d’événements portant sur la diète méditerranéenne – porte sur l’origine, l’histoire, les traditions, les paysages et les principes de la diète méditerranéenne.

Il réunit des spécialistes du sujet tels que des anthropologues, des nutritionnistes ou encore des représentants du Ministère italien des Affaires étrangères, des agences onusiennes et du milieu universitaire.

Le régime alimentaire méditerranéen – ses atouts pour atteindre les ODD et les initiatives pour le promouvoir

«La diète méditerranéenne fait la promotion de la production alimentaire locale et des modèles de consommation. Elle encourage l’agriculture durable, protège les paysages et a une faible empreinte environnementale», a déclaré M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, lors du lancement de l’événement au siège de l’Organisation.

«Pourtant, la diète méditerranéenne, comme beaucoup d’autres diètes traditionnelles dans le monde, se perd au profit d’habitudes alimentaires dites modernes, c’est-à-dire que les gens ont de plus en plus recours aux facilités de consommation proposées par les supermarchés et par la restauration rapide.

La croissance de la population, la mondialisation, l’urbanisation et les pressions économiques sont toutes des causes de changement de nos systèmes alimentaires, de nos régimes alimentaires et de nos modèles de consommation. Ce phénomène entraîne des régimes alimentaires malsains, avec de graves conséquences sur la vie et la santé des populations et sur les économies des pays.

«Pour toutes ces raisons, des initiatives visant à protéger et à soutenir les régimes alimentaires traditionnels, tels que la diète méditerranéenne, doivent être encouragées et les connaissances disponibles sur ces régimes alimentaires doivent être développées», a insisté le Directeur général de la FAO.

Les initiatives visant à promouvoir le régime alimentaire méditerranéen

La FAO reconnaît l’importance des régimes alimentaires traditionnels et autochtones à travers le monde, en soulignant leurs bienfaits et en contribuant à leur protection.

Grâce à un financement du gouvernement italien, la FAO et l’Italie ont travaillé à favoriser l’adoption de la diète méditerranéenne au Liban et en Tunisie. Les connaissances acquises par le biais de ce travail seront utilisées afin d’élaborer des interventions politiques visant à promouvoir la diète méditerranéenne de façon plus générale.

Dans le cadre de la Décennie d’action des Nations Unies sur la nutrition, la FAO, l’Italie et ses partenaires lanceront un réseau d’action – un groupe d’agences onusiennes et de pays membres – afin d’encourager le dialogue politique et d’améliorer les actions au niveau local en faveur de régimes alimentaires traditionnels, sains et durables.

Cette année, le thème de la Journée mondiale de l’alimentation – une journée qui commémore la création de la FAO, le 16 octobre – est dédié à la promotion des régimes alimentaires sains.

Les événements portant sur la diète méditerranéenne – qui se tiendront entre septembre 2019 et la fin de l’année 2020 – visent à faire progresser l’adoption de régimes alimentaires méditerranéens et à explorer les différents aspects de la diète, notamment la façon dont elle peut contribuer au travail de la FAO sur la sécurité alimentaire et la nutrition, la sécurité sanitaire des aliments, les systèmes alimentaires durables, la biodiversité, le gaspillage et les pertes alimentaires et l’innovation agricole.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles