Regard critique d’Interpol : Vue d’ensemble de la criminalité grave et organisée en Afrique de l’Ouest 2018

Les syndicats du crime restent très connectés au-delà des frontières en Afrique de l’Ouest et sont actifs sur un certain nombre de marchés illicites, c’est le constat d’Interpol qui livre en résumé son analyse en ce sens.

Le crime organisé transnational en Afrique de l’Ouest est une menace persistante. En conséquence, dans le cadre du projet ENACT financé par l’Union européenne, Interpol s’est efforcé de répertorier et d’évaluer la criminalité organisée dans la région afin de susciter une réaction plus stratégique des forces de l’ordre.

Les organisations criminelles internationales continuent de cibler la région, notamment en raison des richesses illicites considérables qui peuvent être générées et des opportunités offertes par les marchés criminels qui exploitent diverses vulnérabilités sociales et politiques, la fragilité des États, les capacités de maintien de l’ordre limitées et la corruption.

Les organisations ou réseaux criminels internationaux opèrent partout dans la région via des facilitateurs clés et rassemblent un nombre important de syndicats du crime fournissant des biens et des services illicites partout dans le monde.

Les syndicats du crime entretiennent de nombreuses relations transfrontalières et sont actifs sur un certain nombre de marchés illicites, notamment le trafic de drogue, les crimes financiers, la traite des êtres humains, le trafic de personnes, les produits de contrefaçon, le vol organisé, les délits environnementaux et la piraterie maritime.

En outre, il existe un certain nombre d’infractions habilitantes telles que la cybercriminalité et le commerce des armes légères qui soutiennent la criminalité organisée dans toute la région, qui chevauchent tous les marchés illicites notés de manière complexe.

Le crime organisé dans la région génère des profits énormes pour tous les intéressés. Il existe d’importants flux financiers interrégionaux illicites et des profits illicites à l’étranger, auxquels s’ajoute le blanchiment de l’argent à l’échelle mondiale. La menace que représente le crime organisé en Afrique de l’Ouest est considérable, mais les forces de l’ordre ont une capacité limitée pour gérer ce problème complexe.

Le crime organisé est sous-déclaré et non détecté, mais diverses sources de données révèlent les activités et dynamiques principales suivantes des groupes et réseaux actifs dans la région, qui doivent être traitées de manière stratégique et par la création de partenariats plus étroits entre tous les organismes chargés de l’application de la loi dans la région.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles