REBOISEMENT : Un objectif de 13 millions de plants en 2018

Célébrée le premier dimanche du mois d’août sur toute l’étendue du territoire, la Journée nationale de l’arbre, qui est en sa 35ème édition, est une occasion pour le gouvernement du Sénégal de lancer la campagne de reboisement 2018. Le Sclerocarya Birrea communément appelé « Béer » en langue nationale est l’arbre parrain de cette édition dont il est prévu la plantation de 13 millions d’arbres.

Le gouvernement du Sénégal, dans le cadre de la campagne nationale de reboisement lancée hier dans la commune de Gandiaye, arrondissement de Ngothie, département de Kaolack, a prévu la plantation de 13 millions de plants sur toute l’étendue. La révélation est faite par le Directeur des Eaux et Forêts, Colonel Baidy. Selon lui, comme les années passées, l’objectif fixé était de 9 millions de plants, avec la déforestation très avancée le gouvernement a décidé de passer à la vitesse supérieure afin de sauver ce qui reste de nos forêts, mais aussi pour participer à la protection de notre écosystème.

« Si cette année on parvient à avoir 9 à 10 millions de plants reboisés sur toute l’étendue du territoire national, se serait une bonne chose », a-t-il déclaré. Ce dernier a fait savoir aussi que ce qui est plus difficile ce n’est pas le fait de planter un arbre, mais sa protection. « Quand vous accompagnez un plan après l’hivernage de quelque mois, le temps que le prochain vienne le plant est à terme. Cet accompagnement de cinq à six permet de sauver le plant », a-t-il dit. Ce qui est un grand défi. Parlant de l’évaluation du suivi du taux de reprise, le Directeur des Eaux et Forêts de préciser que cela se fait entre septembre et octobre. « Après le mois de septembre un an après c’est à dire en août 2019, on fait le suivi pour voir si l l’arbre a survécu après un an de saison sèche. Trois ans après on parle de réussite ».

Avant de faire part que le taux de suivi des anciennes plantations tournent autour de 45% à 50% et en fonction des zones. « Aujourd’hui, il est plus facile de reboiser en zone sud, sud-est comme Tambacounda, où il pleut beaucoup qu’à Matam ou Ranérou ou le taux de la pluviométrie est trop faible. Revenant sur la fourniture des plants dont l’objectif est de 13 millions plants pour cette année, le Colonel Baidy Ba de saluer tous ceux qui ont participer à la réussite de projet si cher au chef de l’État Macky Sall. Il s’agit des Eaux et Forêts qui produisent une partie, les privés, les individuels, les communautés rurales, les Ong et les projets. Le thème choisi pour cette édition est : « L’arbre en milieu urbain et péri-urbain : Plantons, façonnons les pôles verts de demain »
Le Béer parrain de l’édition 2018
Pour l’édition de 2018, c’est l’arbre du genre Sclerocarya Birrea de la famille Anacardiaceae, et originaire d’Afrique subsaharienne qui est choisi comme parrain de cette édition. Ces vertus sont énormes. Il regorge d’importantes ressources liées à la pharmacopée. Ces racines, feuilles, l’écorce et fruits servent au traitement de maladies parasitaires, bactériennes, morsures de serpents, piqûre de scorpions et autres. Après ses vertus, il regorge d’autres substances pouvant participer à l’augmentation des rendements des cultures de céréales plantées à proximité. Mais aussi, il peut servir de nous d’œuvre polyvalent pour la fabrication de meubles, ustensiles de cuisine, jougs pour les animaux, etc. Son fruit riche en vitamine C, joue un rôle primordial dans la nutrition et la sécurité alimentaire.

Ses graines riches en lipides sont une importante source d’énergie. En période de vache maigre, son fourrage peut alimenter le bétail. Aujourd’hui l’espèce est menacée de disparition surtout par l’expansion agricole, les pâturages et la récolte des autres produits. Ce qui est à l’origine de ce choix porté sur cet arbre qui était utilisé avec le miel pour remplacer le sucre. Le but de cette journée est de sensibiliser la population sénégalaise sur l’importance de l’arbre pour son environnement et l’amélioration de ses conditions de vie; et de mobiliser chaque Sénégalais quel que soit son âge, si sexe, à planter un arbre partout où il aura la possibilité de le faire.
La foresterie urbaine saluée
Le ministre de l’Environnement, Mame Thierno Dieng venu présider la cérémonie d’ouverture de cette manifestation, a fait savoir que le tissu forestier hérité de l’époque coloniale, est encore largement perçue comme une activité à but esthétique, souhaitable certes, mais pas forcément essentiel. Et reste à saluer. « C’est pourquoi, il devient essentiel de reconnaître le rôle multiple de la foresterie urbaine, en tant que moyen potentiellement efficace et économiquement viable pour lutter contre la précarité des couches vulnérables et améliorer l’environnement et l’aspect des villes », a-t-il déclaré, tout en exhortant les populations à investir dans « la valorisation des potentiels de nos écosystèmes et pour la gestion écologique de notre cadre de vie » pour assurer un développement durable. 30 ha ont été réservés pour le reboisement dans la commune, qui va abriter le premier centre de permaculture du Sénégal.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles