Liaison Dakar-Bamako : les activités ferroviaires en mesure de reprendre dans six mois, si le Mali et le Sénégal…

La société Dakar-Bamako ferroviaire (DBF) peut reprendre son activité au bout de six mois si les deux Etats actionnaires le Mali et le Sénégal débloquent les 20 milliards de francs nécessaires à la mise en œuvre du plan d’actions d’urgence proposé par l’administrateur général, a indiqué vendredi, à Thiès, Kibily Touré, arrivé à la tête de l’entreprise depuis deux mois.

‘’Pour que l’activité reprenne, il faut un plan d’actions à la mesure de nos Etats’’, a dit Kibily Touré, au terme de négociations avec les syndicats de DBF, sous les auspices du député Abdou Mbow qui a joué le rôle de médiateur entre les deux parties. La rencontré s’est déroulée dans un hôtel de Thiès, nous informe l’APS.

‘’Le plan d’actions que j’ai proposé est à la mesure des deux actionnaires’’, estime M. Touré, relevant que ‘’les plans précédents n’étaient possibles qu’avec le soutien de partenaires extérieurs’’. Ainsi, pour lui, ‘’qui peut le plus peut le moins’’.

Les deux Etats ont fait part à leurs partenaires financiers de leur volonté d’injecter 20 milliards de francs dans la relance d’urgence des chemins de fer, a dit l’administrateur général.

Toutefois, il a souligné que ‘’l’ambition financière des Etats du Mali et du Sénégal pour le Dakar-Bamako Ferroviaire est beaucoup plus importante que ce qui a été mis dans le TER (train express régional) et avoisine le milliard de dollars’’.

Kibily Touré a indiqué avoir commencé, le 29 novembre, des discussions avec la Banque mondiale pour de ‘’valider la pertinence d’un plan d’urgence’’. Ainsi, il était question de dire à la BM que la société ne pouvait pas ‘’attendre soixante mois pour réhabiliter et rénover les lignes’’.

‘’Pour (cette raison)  j’ai demandé une flotte de sept locomotives, pour que chaque jour nous puissions remonter sur Bamako et gagner notre vie à 100 millions de francs par locomotive et par mois’’, a-t-il expliqué.

Il a souligné la différence entre le plan d’urgence et le plan de rénovation de la ligne ferroviaire reliant les deux pays. ‘’Le plan de sauvegarde d’urgence, son objectif c’est de reprendre nos activités en six mois, si nous recevons les moyens, mais le plan de rénovation est beaucoup plus important’’, a-t-il dit.

DBF, presque à l’arrêt depuis six mois, fait face à une crise qui a amené ses travailleurs à observer un mouvement de grève depuis le 31 décembre. Côté malien, des cheminots observent aussi une grève de la faim.

Avec APS 

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles