Lancement de l’édition 2019 du Rapport mondial sur les crises alimentaires et événement de haut niveau sur la prévention des crises futures

Les derniers chiffres concernant le nombre de personnes touchées par la faim aigüe dans le monde seront annoncés mardi 2 avril 2019, à Bruxelles, à l’occasion du lancement de la nouvelle édition du Rapport mondial sur les crises alimentaires.

Le Rapport mondial rassemble de nombreuses données et analyses régionales et internationales visant à fournir une image complète et claire de l’insécurité alimentaire aigüe et de la malnutrition, des tendances actuelles et de leurs causes profondes.

Selon un communiqué de FAO parvenu à notre Rédaction, il s’agit d’une publication phare au niveau international, qui fournit aux acteurs humanitaires et du développement des informations essentielles pour éclairer leurs décisions en matière de programmation, de politique et de financement.

Le lancement du Rapport aura lieu au cours de la séance d’ouverture de la conférence intitulée «L’alimentation et l’agriculture en temps de crise». Cet événement de haut niveau, organisé par la Commission européenne dans le cadre du Réseau mondial contre les crises alimentaires, se tiendra sur deux jours.

Les participants échangeront et confronteront leurs points de vue autour de la recherche de méthodes et de solutions pour prévenir et gérer les crises alimentaires. L’élaboration d’une feuille de route pour une action commune en lien avec les partenaires du Réseau sera un jalon essentiel pour les années à venir.

Le Réseau mondial, un groupe d’organisations partenaires agissant conjointement pour lutter contre la faim, promeut ainsi une étroite collaboration entre les agences humanitaires et celles qui s’occupent de développement. Les partenaires membres comprennent notamment: l’Union européenne, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

Plus de 400 personnes sont attendues à cet événement, notamment des représentants de gouvernements, d’organisations non gouvernementales, d’organisations régionales et internationales, d’organisations paysannes, du monde universitaire et du secteur privé.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles