Journée mondiale contre le travail des enfants : « Notre façon de traiter nos enfants, le reflet de nos sociétés et de nos valeurs », Guy Ryder, Directeur général du BIT

Le Directeur général du BIT, Guy Ryder, dans une déclaration publiée à l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, a exhorté les gouvernements, les travailleurs et les employeurs à faire un dernier effort pour mettre fin au travail des enfants.

Déclaration : Notre façon de traiter nos enfants est le reflet de nos sociétés et de nos valeurs. La  Journée mondiale contre le travail des enfants nous donne l’occasion de dresser un bilan, de définir des objectifs et de nous engager à nouveau.

Notre réflexion cette année – Centenaire de l’OIT – est particulièrement important parce que l’OIT œuvre pour l’abolition du travail des enfants depuis ses débuts. Deux des six premières conventions que l’OIT a adoptées au cours de sa première année, 1919, traitaient du travail des enfants. Son abolition fait maintenant l’objet d’un des principes fondamentaux de l’OIT, parallèlement à la fin du travail forcé et de la discrimination liée au travail, ainsi qu’à la promotion de la liberté syndicale et de la négociation collective.

En 100 ans, nous avons réalisé des progrès substantiels, notamment grâce à un plaidoyer intense et à une mobilisation nationale appuyés par des mesures législatives et pratiques. Entre 2000 et 2016 seulement, le travail des enfants a diminué de 38% dans le monde. La  Convention sur les pires formes de travail des enfants de l’ OIT, 1999 (n ° 182) La ratification de la convention (no 138) sur l’âge minimum, 1973, n’est pas loin derrière.

Les pays de toutes les régions peuvent être fiers de ces progrès, mais nous ne pouvons être complaisants. Il serait approprié que la ratification universelle de la convention n ° 182 soit réalisée au cours du centenaire de l’OIT. Et nos États membres progressent dans cette voie.

Bien sûr, les fondements juridiques sont essentiels, le changement pratique en est un autre. 152 millions d’enfants sont toujours pris au piège du travail des enfants et 73 millions d’entre eux – près de la moitié – effectuent des travaux dangereux. C’est tout simplement inacceptable.

Nous devons accélérer de manière urgente le rythme des progrès. Mais pour ce faire, tout en respectant la cible 8.7 des objectifs de développement durable, qui préconise de mettre fin au travail des enfants d’ici 2025, une action plus cohérente est nécessaire pour garantir la disponibilité d’une éducation de qualité, d’une protection sociale pour tous et d’un travail décent pour les parents. .

En 100 ans de coopération pour la justice sociale, la communauté mondiale a accompli beaucoup de choses. L’OIT est fière d’avoir joué un rôle dans ces progrès. J’exhorte les gouvernements, les travailleurs et les employeurs à s’unir pour faire un dernier effort pour mettre fin au travail des enfants et faire en sorte qu’il ne réapparaisse pas.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles