Gambie : des souvenirs douloureux de la torture de la NIA persistent encore pour ce journaliste, Lamin Fatty

Lorsque Lamin Fatty a mis fin à son exil de neuf ans au Sénégal et est retourné en Gambie en février 2017 après la démission du président Yahya Jammeh, l’expression « passer à autre chose » était l’expression la plus courante. Partout où il allait, on lui disait d’oublier le passé et de passer à autre chose. Mais pour une personne qui a traversé l’enfer, le cœur qui passe a toujours été affaibli par les souvenirs persistants de la douleur et du traumatisme du passé.

Avant de s’exiler en janvier 2008, Lamin était un journaliste qui s’attaquait à un procès intenté contre le régime de Jammeh avec des accusations politiques. Tout a commencé le 10 avril 2006, une journée fatidique. Vers 14 h 30, il est rentré à son hôtel de ville de Churchill après avoir été arrêté à la porte par cinq agents en civil de la célèbre agence de renseignement (National Intelligence Agency – NIA). .

«Ils se sont identifiés comme des officiers de la NIA et m’ont dit que je devais les accompagner à leur quartier général car ils voulaient que je clarifie certains points», dit-il.

Lamin était réticent à les accompagner pour des raisons de sécurité. À peine deux semaines plus tôt, lui et certains de ses collègues du journal Independent avaient été arrêtés et détenus par les forces de sécurité pour un article qu’il avait écrit sur une vague d’arrestations de soldats et d’autres agents de la sécurité accusés d’avoir participé à un coup d’Etat manqué alors présumé chef de l’armée, le colonel Ndure Cham.

«J’ai dit aux officiers de la NIA que je ne pouvais pas les accompagner parce que je ne les connaissais pas, même s’ils m’ont montré leurs cartes d’identité. Je ne voulais pas y aller parce qu’ils étaient connus pour leur manque de sympathie envers les médias. »

Mais après quelques minutes de va-et-vient, Lamin accepta de partir avec les agents de la NIA, mais leur demanda de lui permettre de se rendre dans sa chambre et de changer de vêtements. Les agents ont accepté.

«J’ai demandé cela parce que je pensais que j’aurais pu disparaître et que personne ne saurait où je me trouve. Donc, quand je suis entré, j’ai rapidement écrit une note adressée à Halifa Sallah de PDOIS et je l’ai remise à un ami qui était avec moi à la maison pour la porter à M. Sallah.  »

Lamin Fatty arrêté et torturé au siège de la NIA

C’était à la suite d’un supposé coup d’Etat manqué et il y avait beaucoup de peur dans le pays. Pour Lamin, la seule personne à laquelle il pouvait penser à ce moment-là et qui aurait le courage de parler de sa situation difficile était Sallah. Dans sa lettre, il écrivait: «Cher Halifa, je viens d’être arrêté chez moi par cinq membres du personnel de la NIA et ils m’emmènent au siège de la NIA.» Halifa Sallah et Foroyaa publieront plus tard des articles sur le sort de Lamin.

De son domicile, il a été conduit à une vitesse vertigineuse dans un véhicule pick-up, d’abord à la prison centrale Mile 2 pour une escale, puis au siège de la NIA.

«À leur arrivée à la NIA, ils m’ont fouillé, enlevé tout ce que j’avais dans mes poches et m’ont emmené directement à Bambadinka (une cellule souterraine qui servait de chambre de torture la plus notoire du régime).»

Lamin a été gardé à Bambadinka pendant les dix-sept jours qui ont suivi sans être inculpé ni informé de la raison de sa détention. Il était régulièrement torturé.

«J’ai traversé l’enfer. C’était horrible. J’ai été électrocuté. Ils m’emmenaient de ma cellule vers l’arrière-cour où ils creusaient un trou, m’enterraient à moitié et me donnaient une arme dans la bouche pour menacer de me tuer. D’autres fois, ils me dépouillaient, me versaient de l’eau froide et me posaient des questions sur la manière dont j’avais obtenu des informations sur les soldats arrêtés après le coup d’État manqué et sur la connaissance que j’avais de Ndure Cham. Ils continueraient à me battre.

Le 18 ème jour à Bambadinka, Lamin est tombé malade. Il a été emmené à l’hôpital militaire près de la maison de l’État à Banjul après que les autorités de la NIA se soient rendu compte que sa maladie était grave. Il a été renvoyé au siège de la NIA après six heures de traitement médical.

«Ils voulaient me ramener à Bambadinka quand je suis arrivé mais je devais les supplier. Je suis allé à Cpt. Abdoulie Saine et lui a dit que j’étais malade et que je devais prendre mes médicaments. Je lui ai demandé de ne pas me ramener à Bambadinka. C’est à ce moment-là qu’ils m’ont placé dans une pièce du service d’enquête et que la nuit, j’étais emmené à la réception pour dormir », dit Lamin.

Le 12 Juin, soixante – trois jours après son arrestation, Lamin a été escorté au quartier général de la police à Banjul où il a été inculpé de fausse publication et la diffusion. Il a été libéré sous caution le même jour au tribunal de première instance de Kanifing et il est rentré chez lui. Après plus de quatre mois, il a été reconnu coupable et condamné à payer une amende de 50 000 pesos ou à purger une peine d’emprisonnement d’un an. Il paya l’amende mais décida plus tard de faire appel du jugement.

Avancée rapide de l’histoire –

Lamin s’est enfui au Sénégal pour l’exil de crainte de nouveaux dommages en Gambie. Pendant les neuf années qui ont suivi, il a bousculé les rues de Dakar pour survivre et prendre soin de sa femme et de ses enfants en Gambie.

Quelques semaines après le départ de Jammeh, il est rentré chez lui pour reconstruire sa vie. Mais la Gambie à laquelle il est retourné était différente de celle qu’il avait quittée.

«Je me sentais un peu perdu. Être absent pendant si longtemps a rendu tout ici différent. C’était étrange », dit-il.

Malgré quelques ajustements personnels, la plus grande bataille de Lamin reste de savoir comment se débarrasser des souvenirs du passé.

«Les mauvais souvenirs reviennent assez souvent. Le siège de la NIA est toujours là et, bien sûr, il me rappelle toujours ce que j’ai vécu pendant ma détention. Le TRRC est allumé. Chaque fois que j’entends des témoins témoigner au sujet des tortures et des mauvais traitements qu’ils ont subis sous l’ancien régime, ils ont toujours un sens pour moi. Ce sont des traitements familiers. Chaque fois que j’écoute leurs histoires, j’entends ma propre histoire. Ce n’est pas facile. »

Aujourd’hui, Lamin travaille comme animateur d’émissions dans une station de radio locale, une opportunité qui facilite son stress et accélère son processus de guérison. Il est l’un des quatre journalistes que la Cour de justice de la CEDEAO a ordonné l’année dernière à la Gambie de verser 6 millions de dol- lars en réparation de la violation de leurs droits et de les soumettre à des traitements dégradants.

Source chronicle.gm

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles