Fin de l’âge du pétrole ? L’Arabie Saoudite prévoit un fonds d’investissement de 2 000 Milliards de dollars pour y pallier

L’Arabie Saoudite planifie la fin de l’âge du pétrole en créant un fonds d’investissement de 2 000 milliards de dollars et qui serait assez grand pour acheter Google, Apple et Microsoft, « le plus grand sur terre».

Le Vice-prince héritier Mohammed bin Salman, qui supervise le Fonds d’investissement public (PIF en anglais) mis en place par son deuxième en ligne pour le trône, affirme que l’offre publique initiale pourrait se produire dès l’année prochaine.

L’Arabie saoudite, le premier exportateur mondial de brut, insiste sur le fait qu’il ne gèlera sa production de pétrole que si d’autres producteurs clés, y compris l’Iran, prennent une mesure similaire.

«Ce qui reste maintenant c’est de diversifier les investissements. Donc d’ici 20 ans, nous serons une économie ou un État qui ne dépend pas essentiellement du pétrole », a déclaré le jeune prince de 30 ans à Bloomberg, lors d’une interview

Cela fait près de 80 ans depuis la première découverte de pétrole en Arabie Saoudite, mais avec des prix du brut en chute libre dans le monde, la nation envisage de secouer sa dépendance du marché.

L’une des premières étapes sera pour l’Arabie Saoudite de vendre des actions dans la société mère de Aramco, qui transformera le géant pétrolier en un «conglomérat industriel».

Mais si tout se passe comme prévu, le fonds sera finalement assez grand pour acheter les quatre plus grandes sociétés cotées en bourse du monde – Apple Inc., société Google mère Alphabet Inc., Microsoft Corp. et Berkshire Hathaway Inc.

Bien que la proportion des investissements étrangers est actuellement à seulement 5% du fonds, le PIF prévoit de l’augmenter à 50% d’ici 2020.

Mais le prince Mohammed a dit qu’il ne pense pas que le royaume ait un «vrai problème» quant  au prix pas du pétrole, malgré le fait que le prix d’un baril de pétrole brut a chuté de plus de la moitié.

«Sans aucun doute, ce sera le plus important fonds sur Terre », a ajouté le prince. «Cela se produira dès que Aramco sera public ». ‘

«Si tous les pays sont d’accord pour geler la production, nous sommes prêts, s’il y a quelqu’un qui décide d’augmenter sa production, alors nous ne rejetterons aucune occasion qui frappe à notre porte », a-t-il dit.

Ses remarques surviennent avant une importante réunion des principaux producteurs de pétrole convoquée par la Russie et l’Arabie Saoudite qui aura lieu à Doha le 17 Avril prochain, pour discuter des mesures pour stabiliser les prix, y compris une proposition de ne pas pomper le brut au-dessus d’un certain niveau.

L’Iran a indiqué qu’il était «prêt à participer» à la réunion et a demandé une exemption du gel afin de stimuler ses exportations, selon le ministre russe de l’énergie Alexander Novak.

Les prix du pétrole sont touchés en partie en raison du retour du brut iranien aux marchés après que les sanctions économiques paralysantes sur Téhéran ont été levées suivant l’accord sur le nucléaire de l’an dernier entre l’Iran et les puissances mondiales.

La prochaine réunion de Doha est un suivi de discussions en Février entre le Qatar, la Russie, l’Arabie saoudite et le Venezuela .

Les prix se sont effondrés à partir des niveaux supérieurs à 100 dollars le baril à la mi-2014 en grande partie en raison de l’offre de la demande out-running que les économies mondiales, en particulier la Chine, souffrent d’un ralentissement de la croissance.

L lactucho.com avec dailymail.co

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles