Dr Mamadou Goudiaby, DPM sur la pêche artisanale : « Un des obstacles des acteurs est l’insuffisance de leurs compétences politiques et professionnelles »

L’Association ouest-africaine pour le développement de la pêche artisanale (ADEPA), a organisé un atelier de restitution de sessions de formation en gestion des organisations, équipements et infrastructures et en communication et plaidoyer à l’intention des acteurs de la pêche artisanale. En marge de la cérémonie, Dr Mamadou Goudiaby, Directeur des Pêches maritimes, a tenu à souligner que l’un des obstacles à une bonne participation des acteurs de la pêche artisanale, est l’insuffisance de leurs compétences politiques et professionnelles.

« Le diagnostic et l’analyse de la situation contextuelle montrent que la participation des professionnels de la pêche en général et de la pêche artisanale en particulier à la définition, à la mise en œuvre et au suivi/ évaluation des politiques des pêches est une condition indispensable à la durabilité des pêches. Un des obstacles à une bonne participation des acteurs de la pêche artisanale est l’insuffisance de leurs compétences politiques et professionnelles », note Dr Mamadou Goudiaby, Directeur des Pêches maritimes.

Selon Dr Mamadou Goudiaby, le secteur de la pêche joue un rôle important de par sa contribution à l’économie (3,2% du PIB en 2016), à la balance commerciale (20,8% des recettes d’exportation), à la sécurité alimentaire (consommation per capita de 29 kg contre une moyenne mondiale de 19,9 kg) et à l’emploi.

Le directeur des pêches maritimes a tenu à préciser que la contribution de la pêche artisanale économique et sociale, n’est plus à démontrer notamment à la sécurité alimentaire des populations, la fourniture de protéines d’origine animale à moindre coût et la création d’emploi.
Toujours selon lui, les signes de surexploitation des ressources et de dégradation des habitats sont aujourd’hui réels et handicapent fortement la durabilité des pêcheries des pays membres de la CSRP.

« Ainsi le renforcement de la bonne gouvernance de la pêche au sein des organisations professionnelles de la pêche artisanale (OPPA), peut constituer un levier important pour lutter contre les mauvaises pratiques de pêche, l’irrespect des mesures réglementaires et la course au poisson. La formation des professionnels de la pêche artisanale doit donc être au début et à la fin des différents processus le long de la chaîne de valeur des produits halieutiques », affirme Dr Mamadou Goudiaby.
M. Moussa Mbengue, Secrétaire exécutif de l’Association ouest-africaine pour le développement de la pêche artisanale (ADEPA), souligne : « La pêche artisanale est extrêmement importante au Sénégal parce qu’elle contribue à plus de 70% des débarquements et fait intervenir un nombre impressionnant de personnes et qu’aujourd’hui la mise en œuvre et l’efficacité de la lettre de politique sectorielle de pêche et l’aquaculture a besoin d’organisations professionnelles compétentes et fortes et qui participent de façon significative aux politiques publiques ».

Il estime que les organisations professionnelles disposent de capacités mais aussi éprouvent un besoin de renforcement de capacités.
« C’est la raison pour laquelle, pour les accompagner et les renforcer durablement, à mon avis, il me paraît important, voire même essentiel d’élaborer de façon participative avec l’ensemble des acteurs une stratégie nationale de développement des organisations professionnelles de pêche artisanale qui va s’inscrire dans la durée avec des objectifs très précis. D’abord c’est un document qui permettra de créer une mise en cohérence des synergies et d’avoir une vision, une visibilité des stratégies que nous envisageons de développer en faveur des professionnels de la pêche à travers leurs organisations », dixit M. Moussa Mbengue.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles