Conflits entre Eleveurs et Agriculteurs en zone CEDEAO : Les recommandations issues de la réunion des Experts

Réunis à Abuja, au Nigeria, du 24 au 26 avril 2018, des experts et ministres de la CEDEAO se sont penchés sur les conflits fréquents entre éleveurs et agriculteurs. Les experts, après concertations ont apporté leurs recommandations portant sur les points suivants :

Le Cadre Réglementaire

  1. Effectuer un audit de la non-application des cadres réglementaires existants en matière de transhumance et du contrôle de la prolifération des armes légères ;
  2. Réviser et actualiser les cadres réglementaires régionaux existants relatifs à la transhumance et au certificat international de transhumance en tenant compte des réalités actuelles ;
  3. Harmoniser et mettre en oeuvre les législations nationales conformément aux lois communautaires sur la transhumance et le contrôle des armes légères.
  4. Passer en revue et développer les voies de transhumance existantes.

La Sécurité et la Gouvernance Locale

  1. Encourager et renforcer les collectivités locales et favoriser la création de mécanismes bilatéraux de dialogue en vue d’une transhumance transfrontalière pacifique et sécurisée, y compris la signature d’accords bilatéraux entre les Etats membres sur la transhumance ;
  2. Renforcer la coopération transfrontalière (CTF) au sein des services de sécurité des États membres de la CEDEAO et de ses voisins en vue de favoriser le partage de renseignements, la collaboration, la coopération et la synergie ;
  3. Réviser et actualiser les législations nationales conformément à la Convention sur les armes légères et de petit calibre, y compris le contrôle de la fabrication locale (forgerons) et la possession d’armes à feu par les civils ;
  4. Établir et renforcer les comités interétatiques de transhumance afin de mieux sécuriser la transhumance ;
  5. Promouvoir le dialogue entre les collectivités et renforcer les mécanismes traditionnels de prévention des conflits permettant de régler les différends entre éleveurs et agriculteurs ;
  6. Renforcer les systèmes régional et national d’alerte précoce et de réponse et des indicateurs sur la transhumance ;
  7. Renforcer le rôle et la participation des femmes et des jeunes pour leur permettre d’assumer pleinement leurs rôles de bâtisseurs de paix en vue du développement de la Communauté ;
  8. Renforcer la capacité des systèmes judiciaires à rendre activement la justice afin d’empêcher le recours aux armes à feu même pour les cas de légitime défense.

La Transformation Du Secteur De L’élevage

  1. Renforcer et évaluer le système de suivi de la transhumance à travers la mise en place d’une politique régionale grâce à l’utilisation des TIC de surveillance pour le suivi, l’identification, le contrôle des déplacements, la prévention de vol de bétail et le contrôle des maladies des animaux dans les Etats membres.
  2. Identifier, élaborer, formuler et mettre en oeuvre des politiques de projets/ programmes invocateurs, de stratégies permettant de relever les défis actuels et futurs dans le secteur de l’élevage tout en tenant compte de tous les aspects de l’élevage (pâturage, eau, alimentation, logement, système sanitaire, environnement, emploi des jeunes, établissement de soins de santé, point de repos et autres services auxiliaires). A cet effet, mobiliser les fonds nécessaires à la mise en oeuvre de projets régionaux pertinents tels que le PRIDEC, le PEPISAO, le PACBAO et le PREDIP.
  3. Identifier et rechercher l’appui des partenaires techniques et financiers afin de soutenir les pays membres dans le secteur de l’élevage.

La Sensibilisation / Communication

  1. Élaborer une stratégie de communication mettant l’accent sur les bonnes pratiques, encourager la prévention des conflits et désamorcer la stigmatisation de segments spécifiques de la population (plaidoyer, sensibilisation, participation des médias, etc.).
  2. Sensibiliser les acteurs concernés et diffuser les législations et le cadre réglementaire sur la transhumance.

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles