Commerce : Les potentialités de l’Afrique encore largement inexplorées, selon la Banque Mondiale

« L’Afrique demeure largement inexplorée. Donner aux régions les plus reculées un accès au commerce permettra non seulement de favoriser la prospérité dans ces régions mais aussi de rehausser le schéma de croissance continue du continent ». C’est l’opinion de Charles Brewer, le directeur général de DHL Express pour l’Afrique subsaharienne qui s’est exprimé pour commenter « Le Rôle du Commerce dans l’élimination de la Pauvreté », un rapport récemment publié par la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du Commerce.

Il explique le rôle joué par le commerce international dans le développement et la réduction de la pauvreté en Afrique. Selon ce rapport,  la valeur du commerce se mesure notamment par sa capacité à générer une meilleure qualité de vie (elle-même mesurée par une hausse des revenus), une plus grande diversité de choix et un avenir plus durable. Il qualifie le commerce de catalyseur essentiel pour la croissance des pays en voie de développement et souligne le fait que la baisse des coûts commerciaux et la réduction des obstacles entre les pays sont vitales pour éliminer l’extrême pauvreté.

Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale note : « Le commerce joue un rôle essentiel pour favoriser la croissance induite par le secteur privé et la création d’emplois. Il peut être une force puissante pour la réduction de la pauvreté et pour l’augmentation des revenus »

C’est pourquoi la Banque mondiale a déjà mis en place des mesures visant à faciliter le commerce, notamment en approuvant un prêt de politique de développement de 100 millions de dollars US qui aidera les gouvernements du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire à réduire les coûts transactionnels liés au commerce et au transport. Afin de réduire efficacement la pauvreté, la croissance se doit d’être inclusive. Or, les pauvres ne se trouvent pas toujours dans les zones de croissance.

Le communiqué parvenu à lactuacho.com note que l’entreprise dont il dirige, a pénétré le marché africain en 1978, à une époque où le continent était encore relativement « inconnu ».

« Si les pays doivent continuer à améliorer leurs relations commerciales avec les partenaires internationaux, le développement de routes commerciales à l’intérieur du continent peut en outre signifier de nombreux avantages pour la région et ses habitants, » a indiqué Brewer.

Tout en entamant l’exploration des régions les plus reculées d’Afrique et les a vues se transformer, économiquement et socialement, tout simplement grâce à l’accès à de nouveaux services. Le Cap Vert, situé au large de la côte nord-ouest de l’Afrique, en est selon toujours lui un bon exemple. « Le Cap Vert est un petit pays composé de 10 îles. Le moyen le plus rapide et le plus fiable de transporter des marchandises à l’intérieur et à l’extérieur du pays est donc par voie aérienne », a-t-il signifié.

C’est pourquoi, le Dr Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, affirme qu’outre l’expansion du commerce, il faut faire davantage, notamment construire des routes connectant les fermes aux marchés : « Nous devons toujours connecter les plus pauvres aux opportunités commerciales », a-t-il déclaré.

La Banque mondiale et l’Organisation mondiale du Commerce estiment qu’un milliard (15 %) des habitants du monde vit dans des conditions d’extrême pauvreté et que 415 millions d’entre eux sont concentrés en Afrique subsaharienne.

Idrissa Diop Idy

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles