Colloque international sur la finance : Cadre de réflexions sur l’impact des innovations financières et technologiques sur le système bancaire

L’Institut Supérieur de Finance (ISF), en collaboration avec le laboratoire de recherche et d’études du développement (LARED), a organisé un colloque international sur le thème : « Innovations financières et technologiques et régulations dans le secteur bancaire et financier ».Le colloque offre l’opportunité de réfléchir sur l’impact des innovations financières et technologiques sur le système bancaire ouest africain.
M. Pape Diallo, directeur de l’ISF, a précisé :« Comme vous le savez tous, depuis plus d’une quarantaine d’années, le système financier international est soumis à une dynamique de transformation profonde et continue, à la suite de la conjugaison des effets liés aux innovations financières et technologiques, à la dérégulation l’impact de ces nouvelles réformes sur le dispositif financier et bancaire sur le financement de l’économie et sur la croissance ».
Il précise que dans l’espace UEMOA, les risques bancaires se sont accrus avec le développement de groupes bancaires africains et des filiales de banques internationales mais aussi avec une plus grande diversité des acteurs.
« Ce colloque vient à son heure et permettra de trouver des esquisses de solutions pour une régulation optimale du système financier et bancaire ouest africain. Les dernières financières ont montré la nécessité de renouveler en profondeur notre approche de la régulation du système financier notamment en la complétant par une perspective macro prudentielle », conclut M. Pape Diallo.
M. Ismaël Gueye, coordonnateur de la direction générale du secteur financier et de la compétitivité, représentant le ministre de l’économie et des finances, il avance : « Compte tenu de l’impact du développement du secteur financier sur la croissance et la réduction de la pauvreté, cet objectif ne pourrait être atteint sans la construction de secteurs financiers inclusifs, stables, innovants et efficients portés sur le financement sain des activités productives ».
Il précise que les progrès réalisés en matière d’inclusion financière et de développement du marché financier, demeurent encore faibles comparés aux régions du monde.
Pour rappel, l’ISF a pour mission de former des apprenants, en promouvant la pansée critique et en contribuant à l’avancement et à la diffusion des métiers de la gestion financière au niveau national, régional et international. C’est un label conçu et entretenu depuis la création de l’institut supérieur de Finance, il s’est développé autour d’une spécialisation dans l’enseignement de la haute finance.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles