Centrales à charbon ? Ali Haïdar foncièrement contre leurs installations

L’installation de centrales à charbon pour combler le déficit en énergie n’enchante guère la tête de file des écologistes. Ali Haïdar soutient que la mise en œuvre du projet sera nuisible à la santé humaine, animale et va accentuer la dégradation de la nature.

Les écologistes n’approuvent pas le projet de l’Etat de construire des centrales à charbon destinées à combler le déficit en énergie. En effet, selon le patron de la Fédération démocratique des écologistes du Sénégal (Fdes), Ali Haïdar, cette solution va provoquer la pollution des eaux et de la nappe, l’exposition des riverains aux maladies cardiovasculaires.

«Les centrales à charbon, en plus d’être une solution caduque, peuvent laisser  des séquelles défavorables  sur la population des zones ciblées et sur la nature», renseigne l’ancien ministre de l’Environnement.

Ali Haïdar a profité de la tribune qui lui a été offerte hier par les membres de son parti, venus échanger avec lui sur la situation sociale et écologique du pays, pour alerter l’opinion publique sur les conséquences néfastes des centrales à charbon.

Pour l’écologiste, un pays qui tend vers l’émergence ne peut se permettre de combler son manque d’énergie par une source polluante. «Les centrales à charbon influent sur le réchauffement climatique et constituent une énergie sale.

Au moment où les pays sont tournés vers l’énergie propre, l’énergie verte pour préserver leur environnement, ce choix de l’Etat risque de nuire la santé humaine, mais également d’impacter considérablement l’économie nationale»,  affirme Haïdar.

Ce dernier «ne trouve pas pertinent le fait de vouloir explorer ce genre  d’énergie, alors  que le Sénégal a un taux exceptionnel d’ensoleillement et a des possibilités d’exploitation de l’énergie marée motrice tout au long de ses côtes».
Aussi, pour apporter son soutien aux riverains des zones ciblés par le projet, le secrétaire général de la Fdes exhorte les jeunes de son parti à descendre sur le terrain pour sensibiliser les populations sur les dangers que peuvent provoquer les centrales à charbon. Ce, afin que ledit projet soit retiré et remplacé par un autre qui prendra en compte la sécurité sanitaire des bénéficiaires.
L’ancien ministre de la Pêche a aussi décliné son ambition de former près de mille jeunes sur les questions environnementales en vue de les amener à contribuer correctement à la préservation de la nature.
Source ‘’WalFadjri’’

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles