CEDEAO : Yakubu Gowon, l’un des pères fondateurs, salue les progrès enregistrés en matière d’intégration

Le général Yakubu Gowon (Rtd), ancien chef d’État nigérian et l’un des pères fondateurs de la CEDEAO, a salué les progrès accomplis par l’organisation régionale en matière d’intégration.

L’ancien homme d’État a félicité le président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, lors de son séjour à Abuja, au Nigéria, le 22 novembre 2018, nous dit un communiqué parvenu à notre Rédaction.

Se déclarant fier des réalisations de la CEDEAO, il a rappelé que l’idée d’un groupe régional était de créer quelque chose qui serait un exemple pour d’autres régions de l’Afrique.

Il a révélé que, poussés par l’esprit de panafricanisme, des efforts avaient été déployés pour que des pays comme le Cameroun (pays d’Afrique centrale) rejoignent le groupe en tant que précurseur d’une communauté économique africaine.

Selon lui, il y avait beaucoup d’amour, de compréhension et de respect les uns pour les autres dès les débuts.

Le général Gowon a également rappelé que pendant son mandat de chef d’État du Nigéria, des efforts étaient déjà déployés pour mettre en place une infrastructure de connexion dans toute la région, à partir de la fin du Nigéria. Il s’est félicité de l’extension des infrastructures routières pour couvrir de plus grandes distances, par exemple l’inclusion du secteur de Dakar dans le corridor Lagos-Abidjan.

Il s’est toutefois inquiété de la duplicité des points de contrôle aux frontières, une tendance qui, espérons-le, est en train d’être corrigée par les mesures de collaboration mises en place, notamment les arrangements frontaliers communs.

«Nos jeunes en bénéficieront (infrastructure facilitant les déplacements), on peut même leur montrer l’ancienne méthode et la manière dont nous procédions, compte tenu de la géographie de la région»

Il a aussi a félicité le président Brou qu’il a décrit comme «notre patron. Vous avez toute la sous-région et je vous admire tous pour la responsabilité qui a été assumée de s’occuper de la CEDEAO et pour l’opportunité de s’occuper des populations de l’Afrique de l’Ouest. Bravo à la CEDEAO, vous êtes tous les moteurs du processus et vous avez des idées nouvelles et meilleures »

L’ancien chef octogénaire qui a dirigé le Nigéria entre 1966 et 1975, a souhaité la meilleure des chances à la Commission de la CEDEAO, affirmant que la bonne volonté allait au-delà de la direction de la CEDEAO et des chefs d’État, mais également des citoyens de l’Afrique de l’Ouest qui bénéficient de tous les programmes mis en œuvre. .

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles