CEDEAO : fin de la formation des médias et des organisations des jeunes sur le trafic de drogues et le crime organisé

Une formation de deux jours par la Commission de la CEDEAO, des médias et des organisations de jeunesse sur la collaboration nécessaire à la lutte contre le trafic / abus de drogue et le crime organisé s’est terminée avant-hier à Abuja, au Nigeria.

Les participants à l’atelier de formation ont recommandé, entre autres, un plan stratégique pour l’engagement médiatique dans la sous-région. Ils ont également appelé à la création d’un environnement propice qui permettra aux praticiens des médias de travailler avec des «influents, des leaders d’opinion et des personnes éminentes» qui peuvent faire la une des journaux pour mener à bien la campagne contre le trafic illicite de drogue.

En outre, le communiqué parvenu à www.lactuacho.com souligne que des recommandations ont été faites pour une relation stratégique plus élevée avec les gardiens des médias tels que les éditeurs et les producteurs pour «obtenir leur buy-in sur la question du trafic de drogue afin qu’ils puissent accorder la priorité aux décisions de nouvelles ainsi qu’à la programmation des nouvelles»

En complément, les organisations de jeunesse de l’atelier ont soutenu que les jeunes devraient participer activement à la conception des programmes / politiques, de la mise en œuvre, du suivi et l’évaluation sur la drogue.

Ils ont estimé qu’il est important pour les gouvernements nationaux de la région de se concentrer sur les interventions fondées sur des données probantes et sur ce qui fonctionne avec le courage nécessaire pour «modifier les politiques en matière de drogue».

Pour une politique plus Santé Publique que Pénale

En priorité, ils ont soutenu que les divers gouvernements doivent nécessairement se détourner de considérer l’usage de drogue comme un problème pour le système de justice pénale et de le voir davantage comme un programme de santé publique, de droits de l’homme et de développement.

L’Atelier a présenté des présentations sur les tendances et les menaces régionales, soulignant la nécessité de comprendre l’état actuel des affaires de la drogue ainsi que ce que les jeunes et les médias peuvent faire pour améliorer la situation actuelle. De plus, les participants ont examiné le rôle des jeunes et des médias dans la lutte contre le trafic illicite de drogue, l’abus de drogues, le traitement et la réadaptation.

Des idées supplémentaires ont été données sur les interventions pratiques pour l’intégration des activités de sensibilisation et de sensibilisation liées aux drogues aux niveaux communautaire, national et régional en vue de prévenir et de contrôler efficacement le trafic illicite de drogue, les crimes organisés et l’abus de drogues.

Des suggestions ont également été proposées concernant la publication des différents documents normatifs de la CEDEAO concernant le trafic illicite de drogue et la sensibilisation des médias à leur existence afin de tirer parti des systèmes de valeurs existants dans le contrôle du trafic illicite de drogue.

 Autres travaux de groupes

Il y a eu également des travaux de groupe et des discussions avec un examen des différents défis pratiques et des solutions proposées.

Avant d’identifier les recommandations, diverses formations ont été faites par des formateurs et des personnes ressources qui comprenaient le Directeur du Centre international de presse M. Lanre Arogundade, Secrétaire national de l’Union des journalistes nigérians (NUJ), M. Shuaibu Leman, ainsi que le représentant régional Coordonnateur, Réseau de politique antidrogue de l’Afrique de l’Ouest M. Adeolu Ogunrombi Pas moins de 28 organisations et représentants de médias et de jeunes ont participé à l’atelier de formation.

Pour rappel, les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO avaient participé au 35e Sommet ordinaire de la CEDEAO qui s’est tenu à Abuja (Nigéria) en décembre 2008, adopté la Déclaration politique de la CEDEAO et le Plan d’action régional pour lutter contre le trafic illicite de drogue, les crimes organisés et la lutte contre les drogues en Afrique de l’Ouest.

Et, en tant que solution à la résolution du problème de la drogue, la Commission de la CEDEAO, après une série de consultations, a reformulé le Plan d’action régional de 2008 sur les drogues illicites dans un nouveau plan d’action approuvé pour lutter contre le trafic illicite de drogues illicites, le crime organisé et l’abus de drogues de la CEDEAO -2016 -2020.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles