Bonne gouvernance de la pêche artisanale : Experts et représentants des organisations professionnelles de la sous-région en conclave à Dakar

L’Association Ouest-Africaine pour le Développement de la Pêche Artisanale (ADEPA) a procédé  à l’ouverture d’un atelier sous régional d’évaluation du projet de Gouvernance des pêches. Cette rencontre de deux jours, a regroupé des experts et représentants d’organisations professionnelles de la Guinée-Conakry, de la Guinée-Bissau, de la Gambie, de la Mauritanie, de la Sierra Léone, du Cap-Vert, du Sénégal.

Ce projet, cofinancé par l’AFD, le CCFD/Terre solidaire la FPH et l’ADEPA, s’inscrit dans une perspective de renforcement de la gouvernance des pêches en Afrique de l’Ouest et de l’amélioration de la participation des organisations de la pêche artisanale aux politiques publiques de pêche et au développement durable de la pêche. Il vise fondamentalement à renforcer les compétences professionnelles et politiques des organisations professionnelles de pêche artisanale (OPPA) ainsi que leur autonomie en vue d’améliorer leurs capacités d’influence sur les politiques publiques de pêche dans les 7 pays couverts par la commission sous-régionale des pêches.

Mme Lucie Tétégan, présidente de l’ADEPA souligne : « La gouvernance du secteur des pêches est limitée par un déficit d’harmonisation des politiques publiques de pêche. La participation des acteurs non étatiques en général et des professionnels de la pêche artisanale en particulier à ces politiques est insuffisante même si des instruments régionaux et internationaux encouragent une meilleure implication de ces acteurs dans les prises de décision concernant le secteur.  Le projet  soutient la bonne gouvernance des pêches à travers le renforcement des compétences professionnelles et politiques des organisations professionnelles de pêche artisanale ainsi que leur autonomisation en vue d’améliorer leurs capacités d’influence sur les politiques publiques de pêche ».

Malal Sané, secrétaire permanent de la commission sous-régionale des pêches (CSRP), souligne : « La pêche artisanale est un sous-secteur riche de diversité et dynamique et un véritable moteur économique et social des Etats membres de la zone CSRP, qui assure la sécurité alimentaire et nutritionnelle, crée des emplois et a des effets multiplicateurs sur les économies locales. Mais, pour que ledit sous-secteur de la pêche soit sûr et durable, il faudrait que les acteurs qui sont impliqués soient organisés et dotés de compétences requises pour comprendre et accompagner les politiques publiques en matière de gestion durable .

Mais les communautés des pêcheurs artisans sont confrontées à de nombreux problèmes , en raison de l’absence des moyens, le chômage des jeunes, les conditions de travail insalubres et dangereuses. D’autre part, on déplore la pollution, la détérioration de l’environnement, l’impact des effets du changement climatique. Il est à noter que les professionnels de la pêche artisanale jouent un rôle majeur dans la gouvernance et le développement durable de la pêche artisanale par leur contribution à la gestion concertée des ressources halieutiques ».

Quant à M. Mamadou Goudiaby, directeur des pêches maritimes, il précise : «  Notons que les pays de la CSRP accordent une attention particulière aux différentes filières du secteur halieutique dont les impacts sur les économies de nos différents pays sont connus. Cependant, le renforcement de la gouvernance des pêches en Afrique de l’Ouest et l’amélioration de la participation des organisations de la pêche artisanale aux politiques publiques, constituent des leviers incontournables pour assurer un développement durable de la pêche ».

Massaër DIA

 

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles