Alerte FAO, l’insécurité alimentaire à la porte de L’Afrique

 

Grâce aux conditions favorables ayant régné à l’échelle mondiale pour les récoltes céréalières, un fort déficit de maïs en Afrique subsaharienne suscite des préoccupations croissantes, ainsi que de mauvais résultats dans d’autres zones victimes d’insécurité alimentaire.

En Afrique de l’Ouest,  le rapport de la FAO  souligne  que  malgré les bonnes récoltes rentrées l’an dernier au Sahel, des problèmes de sécurité alimentaire localisés persistent. D’après les dernières estimations, la production céréalière totale de 2014 dans les neuf pays du Sahel serait de 21 millions de tonnes, soit environ 7 pour cent de plus que la moyenne sur cinq ans grâce aux bons résultats obtenus au Mali et dans d’autre pays côtiers.

Néanmoins, de vastes zones de la ceinture du Sahel ont pâti d’une forte baisse de la production due aux mauvaises conditions météorologiques, notamment dans les pays situés à l’ouest de la sous-région. Par rapport à la moyenne des cinq dernières années, la production céréalière de 2014 aurait dégringolé de 83 pour cent au Cap-Vert. Elle aurait également reculé de 28 pour cent en Gambie, de 33 pour cent en Guinée-Bissau et de 17 pour cent au Sénégal.

De vastes zones de la Mauritanie, du Niger et du Tchad sont également concernées. Concernant l’Afrique  centrale, en dépit des conditions météorologiques favorables qui ont régné en République centrafricaine, la persistance du climat d’insécurité civile devrait avoir des répercussions négatives sur la campagne de croissance en cours.

Le rapport de la FAO insiste sur les conditions « alarmantes » de sécurité alimentaire qui sévissent dans les zones frappées par les conflits au Sud-Soudan, où le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire grave ont quasiment doublé, passant à quelque 4,6 millions depuis le début de 2015.

Les conflits dans l’Est de la République Démocratique du Congo sont également source de préoccupations. S’agissant  de l’Afrique de l’Est, des pluies tardives et irrégulières depuis le début de la campagne de végétation en mars ont nui aux perspectives de production.

Source FAO

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles