Accès à la justice : la CEDEAO et les organisations de la société civile valident leur manuel

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en collaboration avec le Centre pour la démocratie et le développement (CDD), a chargé les organisations de la société civile de la région d’examiner et de valider le projet de manuel de la CEDEAO sur l’accès à justice et justice transitionnelle afin de parvenir à une paix durable et au développement dans les États membres de la CEDEAO.

Le communiqué issu d’une réunion de deux jours qui s’est terminée le 10 avril 2019 à Abuja (Nigeria), informe que les représentants d’organisations de la société civile présents à la réunion ont recommandé des mesures permettant aux femmes, aux jeunes, aux personnes âgées et aux personnes handicapées de se voir accorder une représentation et une protection appropriées, dans les processus de prestation de justice.

Le manuel de la CEDEAO sur l’accès à la justice et la justice transitionnelle permettra à la Commission de promouvoir l’état de droit et de renforcer l’accès à la justice afin de répondre aux aspirations des citoyens de la Communauté pour une zone de sécurité juste et sûre grâce au projet de justice transitoire de la CEDEAO (ETJP).

S’exprimant au nom du Directeur des affaires politiques de la Commission de la CEDEAO, M. Ebenezer Asiedu a déclaré que « la justice transitionnelle est un processus multiforme. Il s’agit de mettre fin à l’impunité des régimes autoritaires ou des crimes de guerre en offrant des recours adéquats à toutes les victimes, en établissant et en reconnaissant la vérité sur les événements passés et en menant des réformes institutionnelles susceptibles de garantir une paix durable », a-t-il déclaré.

Asiedu a souligné que les processus et mécanismes de justice transitionnelle devaient éliminer l’impunité, accorder une réparation adéquate et effective à toutes les victimes de guerre et mettre en place un mécanisme de recherche de la vérité sur les violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Le responsable politique et des droits de l’homme de la Commission de l’Union africaine (CUA), M. John Ikubaje Igbodi, qui s’est adressé aux participants a souligné cependant,  la nécessité de le mettre en œuvre afin de promouvoir la justice, la paix, la responsabilité et le développement en Afrique.

Mme Osai Ojigho, directrice nationale d’Amnesty International au Nigéria, a également pris la parole au cours de la réunion et a déclaré que l’ETJP aiderait les personnes exposées aux conflits à obtenir réparation pour les crimes commis contre eux et leurs communautés.

Les participants à la réunion ont entendu un exposé détaillé sur le projet de justice transitionnelle de la CEDEAO, présenté par le chef de la Division de la démocratie et de la bonne gouvernance de la Commission, M. Eyesan Okorodudu.

Le projet ETJP vise à fournir un guide stratégique et opérationnel visant à renforcer les efforts déployés par les États membres pour mettre en œuvre les politiques de justice transitionnelle et à promouvoir un système de justice inclusif grâce à la mise en œuvre de mesures de justice transitionnelle à la fois large, multi-acteurs et multidimensionnelles, dans les États membres.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles