Ziguinchor Des querelles internes chamboulent la réunion politique de l’APR convoquée par Benoit Sambou

Plusieurs militants et des responsables politiques appartenant à des tendances différentes au sein de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir) ont perturbé une réunion politique convoquée, dimanche à Ziguinchor, par le coordonnateur départemental de l’APR Benoit Sambou.

Les militants de l’APR ont battu le rappel de la mobilisation à Ziguinchor pour prendre part à une assemblée générale de leur formation politique. La permanence du parti est prise d’assaut par une foule nombreuse. Des banderoles et des pancartes des différentes tendances étaient visibles à l’intérieur et en dehors du siège de l’APR.

A l’arrivée des responsables locaux du parti, des militants de tendances non favorables s’opposent à leur accès à la salle. Des bousculades et des jets de pierres s’en sont suivis. Des responsables comme Aminata Angélique Manga (Directrice générale de l’ANRAC et Amy Tamba sont interdits d’accès à la permanence.

« C’est un spectacle déplorable. Une mauvaise image de l’APR dans la région. Comment peut-on interdire des responsables politiques d’accéder en salle pour prendre part à une assemblée générale ? », a regretté Mamadou Barry, responsable de l’APR et directeur général de l’Agence nationale des éco-villages.

« Ce n’est pas une réunion qui a fini en queue de poisson. Il y a pire que cela. Ce sont des enfantillages dignes des enfants de la case des tout-petits. Que des responsables empêchent à d’autres responsables d’entrer à la salle (…) pour confectionner des listes en perspectives des élections législatives, ce n’est pas normal », a accusé Aminata Angélique Manga qui n’a pas pu accéder à la salle de réunion.

Accusé de monter certains militants contre des responsables locaux, Benoit Sambou dit tirer « tous les enseignements » de cet incident.

« Je ne porte pas les affaires internes du parti devant a justice. Nous avons pris toutes les dispositions pour inviter tout le monde. Mais malheureusement des responsables de mouvements politiques sont venus. Il y a eu des perturbations entre certains responsables et des militants. Nous allons tirer toutes les conséquences », a répliqué M. Sambou.

Le coordonnateur de l’APR dans le département de Ziguinchor a alerté sur un « syndrome de la division avec les tendances qui risque de miner le parti » en perspective des élections législatives prévues dans cinq mois.

 

Source APS

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles