ZÉRO CAS DE DÉCÈS MATERNEL ET INFANTILE ENREGISTRÉ À NDORNA : Des suivis réguliers à domicile et des stratégies avancées à l’origine

Dans le cadre de la prise en charge des femmes enceintes vivant dans des zones très éloignées, des stratégies sont mises en œuvre au poste de santé de Ndorna, une commune située à 35 Km de Kolda. Ces stratégies bien payantes ont permis à ce poste d’enregistrer zéro cas de décès maternel et infantile en 2018.

Prendre en charge des malades c’est bien. Mais, mettre des stratégies qui permettent d’éradiquer une affection ou un phénomène lié aux décès maternel et infantile, c’est encore mieux. Et cette politique de prise en charge est bien maîtrisée au poste de santé Ndorna, une localité située à 35 Km de Kolda et faisant partie du district sanitaire de Médina Yoro Foula (Myf). Dans cette commune peuplée de 14 255 âmes et les grossesses attendues pour cette année sont 527, le taux de mortalité est très en baisse, vu l’ensemble des activités et des stratégies menées dans la commune pour satisfaire les patientes. Ici, l’infirmier chef de poste et son équipe se déplacent pour voir les femmes enceintes jusque même chez elles avec pour les consulter.

Chaque femme est suivie régulièrement. Ce qui fait que la mortalité a fortement diminuée dans cette zone avec l’appui des partenaires comme l’Unfpa. Ce qui est l’une des stratégies mise en place. « Si les femmes sont suivies régulièrement et qu’elles accouchent au niveau des structures sanitaires, tout en étant conscientisées des dangers, la santé continuera de se porter bien dans ce district sanitaire », a déclaré l’Infirmier-chef de poste de Ndorna, Serigne Séne. En effet, tout le travail abattu par le ce dernier avec son équipe, a permis à ce poste d’enregistrer zéro cas de décès maternel et infantile en cette année 2018, qui tire à sa fin. Le poste s’organise à tout moment pour prendre en charge toutes les femmes. Pour la consultation prénatale, les choses semblent être très difficiles, parce que le village le plus proche du poste de santé est à 9 km et le plus éloigné se trouve à 54 Km. L’autre stratégie consiste à regrouper toutes les femmes qui peuvent faire des tests prénatales ou la vaccination dans un même lieu pour procéder à la chose. Ce qui est à l’origine de la mise en place de stratégies avancées qui permettront par la suite de procéder à dix sorties chaque mois dans les 10 cases de santé que compte la commune avec ses 104 villages pour mieux gérer ces femmes. Parmi les dix cases de santé, il y a quatre qui sont à moins de 14 Km, c’est-à-dire en zone avancée et les six autres qui restent sont plus de 20 Km. Ce qu’on appelle en santé, « la zone mobile ». Les prises en charge Écodom sont également au nombre de six. Ce qui permet d’avoir un maillage pour mieux gérer les patients.

La distance rend compliquer la consultation prénatale
Pour la consultation prénatale, les choses restent un peu compliquées, dans la mesure que les populations fixes sont très minimes avec 13 villages seulement qui sont à moins de 5 Km du poste de santé. Des stratégies avancées (l’infirmier, la sage-femme et les acteurs communautaires vont ensembles au niveau d’une case de santé et l’acteur communautaire et les relais font la sensibilisation) sont mises en œuvre pour la prise en charge de toutes les patientes. Là, l’équipe sanitaire va solliciter par la suite toutes les femmes en âge de procréer de se réunir autour de la case pour suivre l’ordre de la stratégie qui doit se tenir, tout en faisant la vaccination. « Ces stratégies avancées nous permettent d’atteindre nos indicateurs, parce que nous devons attendre les femmes au niveau du poste de santé, avec toutes les difficultés consenties », a fait savoir M. Séne. Avant d’interpeler l’État pour la mise en place d’un second poste de santé dans la commune pour réduire la distance et amoindrir la charge.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles