« Yeungueul Gueusseum » du rappeur Milka, ou son décorticage de la crise des valeurs sénégalaises

Le rappeur Milka, à l’état-civil Dala Mady Keïta, n’a pas fait dans la dentelle lundi 11 mai 2015, à Dakar, lors du lancement de son album intitulé « Yeungueul Gueusseum », qui est du Hip-hop/RNB, en décortiquant les maux dont souffre la population sénégalaise. Même les autorités en ont pris pour leur grade.

Cet album plein de sens évoque également d’autres thèmes comme la crise des valeurs, le mensonge, les gens qui se cachent derrière la religion pour faire leur sale besogne, mais également de la chance. « Jotna wax ak yéén », dont le titre est assez indicatif, semble être la meilleure chanson de l’album de Milka du village Takkricain.

Le Rappeur, parlant des brebis-galeuses  dans le milieu du Hip-hop, se veut original et dit être là pour changer le secteur ou faire revenir les grands sur « le droit chemin ». D’ailleurs, c’est dans cette optique que s’inscrivent d’ailleurs les multiples clashs des rappeurs rassemblés autour de la philosophie « Takkrikaine ».

Le neuvième titre (Alalou Djiné) de l’album qui en compte 19 révèle des pratiques qui n’étaient pas Sénégalaises, car certains vendent même leur âme au diable pour se faire de l’argent.

Sur cette lancée, Milka remarque également qu’il y a « trop de sacrifice maintenant dans ce pays » et appelle le peuple à une introspection pour se rapprocher du Tout Puissant.

Virulents et crus, ces jeunes qui disent n’avoir pas peur de s’excommunier, comptent  exprimer tout haut des choses que les gens hésiteraient même à dire tout bas.

Cependant, Milka ne fait pas seulement dans le clash des rappeurs car même les autorités en ont pris pour leur grade. C’est le cas de Moustapha Cissé Lo, cité dans un des morceaux dont les paroles sont très choquantes pour les oreilles sensibles. C’est sûr que s’il l’écoute le virulent député de l’APR ne manquera pas de réagir. Et Gare à vos oreilles !

 

Idrissa Diop Idy

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles