Violences et discriminations policières entre les communautés: Les vérités de Barack Obama face à plus 14.000 chefs de la police américaine

A  Chicago, le président Obama a rencontré hier mardi, les familles de policiers pour essayer de leur expliquer la nécessité pour la police et les communautés de travailler ensemble pour résoudre cette épidémie de violence.

Dans une salle comble avec plus de 14.000 chefs de police, M. Obama a rappelé des moments de sa vie où il a été arrêté, fouillé parce qu’étant simplement une personne de couleur.

« Nos divisions ne sont pas aussi profondes que certains le laissent entendre. Je ne connais personne dans une communauté minoritaire forte qui ne veut pas d’une application de la loi en vigueur. Je ne connais personne qui ne veut pas que ses enfants soient en sécurité quand ils vont à l’école ou jouent dans une aire de jeux. Tout le monde devrait comprendre que les policiers font un travail dangereux », a-t-il dit.

Tous les policiers ne sont pas mauvais mais…

« Les policiers doivent être en mesure de faire leur travail, mais dans le cadre de leur emploi, ils ont besoin de la coopération de la communauté. Cependant, il ne peut y avoir aucune coopération de la communauté, si de mauvais flics sont autorisés à utiliser une force excessive, ou  arrêter les gens sans raison – la communauté finit par être incapable de faire confiance à la police. Et cette spirale se poursuit avec aucune fin en vue », a-t-il expliqué.

Selon le président Obama, tous les policiers ne sont pas mauvais, mais jusqu’à ce que la mauvaise graine ne soit éliminée, de nombreuses communautés auront du mal à développer avec eux une relation de confiance. La discrimination raciale ne va probablement jamais disparaître complètement, mais la police a besoin de faire de la sensibilisation des gens de l’avant-garde une priorité, et de faire comprendre ce qu’ils font quand ils le font, et surtout la façon dont ils se conduisent.

Pour lui, une fois que les communautés pourront gagner la confiance de ceux qui sont là pour les protéger, alors, et alors seulement, le vrai progrès commencera à être conçu tout autour de leur relation, y compris pour la police d’être mieux en mesure de faire son  travail.

Gommer les préjugés raciaux

« Mais, attendez, je ne suis pas naïf. Je ne prétends pas que tout cela est facile. Un grand nombre de fois, cela signifie plus de ressources pour les services de police, parce qu’il faut plus de main-d’œuvre. Si vous voulez ce genre de services de police communautaires, alors vous devez avoir assez de policiers pour être en mesure de le faire, car il faut du temps pour faire plus que simplement répondre à un appel donné. Cela ne signifie pas que chaque cas est un problème. Cela signifie que lorsque vous regroupez tous les cas et que vous regardez, vous aurez à dire qu’il y a certains préjugés raciaux dans le système.

Parce que je refuse de croire que le seul choix que nous avons est d’ignorer les circonstances des préjugés raciaux ou rendre impossible aux policiers de faire leur travail. Cela ne peut pas être le choix que nous avons. Nous devons rejeter ce faux choix « .

Les difficultés liées à la criminalité dans certaines communautés

Je ne veux pas dire que nous n’allons jamais à éliminer tout malentendu ou des stéréotypes entre les policiers et les communautés minoritaires. Ça ne sera certainement pas du jour au lendemain. Et il est particulièrement difficile parce qu’il y a plus de criminalité dans ces communautés, ce qui signifie que les policiers sont en interaction avec eux plus qu’ils ne le sont dans certains quartiers chics.

Une bonne police communautaire

D’après le président américain, une bonne police communautaire doit être une rue à deux voies. Les communautés qui ont désespérément besoin de police efficace doivent donner aux policiers le bénéfice du doute – et doivent travailler avec le département de police pour qu’il s’assure qu’il a les ressources et le soutien pour mettre en œuvre efficacement les stratégies de travail que nous connaissons. Donc, rien de tout cela n’est facile, mais il peut être fait.

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles