Violence politique en République Démocratique du Congo : ADHA se dit vivement préoccupée

Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) a exprimé sa vive préoccupation par rapport à la situation qui prévaut en RDC.

« En effet, suite au non-respect de l’accord de sortie de crise dite de la Saint Sylvestre signé le 31 Décembre 2016 entre le pouvoir et l’opposition sous l’égide des évêques, qui prévoyait le maintien au pouvoir de Joseph Kabila et des élections pour désigner son successeur en fin 2017, la population est sortie dénoncer pacifiquement cette violation », a réagi ADHA à travers un communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

Mieux, Action pour les Droits Humains et l’Amitié, à l’instar du SG de l’ONU et de la communauté internationale, appelle le gouvernement à faire preuve de retenue, à préparer l’élection présidentielle pacifiquement tel que prévu par les accords, et à respecter le droit aux libertés d’expression et de manifestations pacifiques du peuple congolais comme le stipule la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) ainsi que plusieurs instruments nationaux, régionaux et internationaux.

ADHA lance un appel à toute la classe politique, la société civile et la jeunesse au dépassement et recommande vivement :

 aux différents candidats de préparer et d’aller à l’élection présidentielle dans la paix ;

 au gouvernement de veiller à la transparence et à la régularité à l’élection dans les plus brefs délais.

 

Selon toujours le document, Adama Mbengue le président ADHA  et ses proches recommandent également au gouvernement de la RDC d’ouvrir une enquête libre et indépendante pour identifier les auteurs des tueries des récentes manifestations et de les traduire en justice.

L’organisation s‘incline devant la mémoire des personnes tuées lors des manifestions et présente ses sincères condoléances aux familles des illustres disparus et des opprimés, tout en rappelant que les élections sont à la base de beaucoup de conflits sanglants en Afrique qui génèrent des morts et des déplacements massifs de populations.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles