USA Une afro-américaine bénéficiaire d’un 1 million 100 000 dollars pour vaincre le cancer

Dr  Hadiyah-Nicole Green, un professeur assistant à l’Université de Tuskegee, a relevé le défi de vaincre le cancer à l’aide d’une subvention de plus d’un million de dollars. Dr Green, l’uns des moins de 100 physiciennes noires en Amérique, avait reçu la subvention de 1,1 million de dollars y a quelques mois pour étudier la technologie qui cible notamment les cellules cancéreuses. Elle a expliqué que les médicaments qui aident la plupart des patients, ne fonctionnent pas pour tous.

Cette maladie a joué un rôle majeur dans sa propre vie. Le natif de Saint-Louis a eu un diplôme de baccalauréat en physique avec option en fibres optiques. Avec  une bourse  complète, Green a fréquenté l’Université de l’Alabama à Birmingham pour sa maîtrise et son doctorat. Après le décès de ses parents, elle vivait avec sa tante et son oncle, mais tous les deux ont été diagnostiqués avec le cancer.

Prenant du temps pour aider son oncle avec la radiothérapie et la chimiothérapie, elle a été un témoin de première main des effets du traitement. Green a alors dit à sa tante de ne pas subir le même traitement en raison de la crainte des effets secondaires. Cette expérience, jumelée avec son éducation, l’a poussée à se pencher sur la théorie que les lasers pourraient traiter des cellules cancéreuses. Les lasers ont déjà été examinés par des biologistes, mais elle a été en mesure de créer une plate-forme technologique  pas faite sur mesure pour un certain type de cancer.

«J’ai vraiment de l’espoir que cela peut changer la façon dont nous traitons le cancer en Amérique. Il y a tellement de gens qui obtiennent seulement trois mois ou de six mois de survie que leur bénéficient les médicaments qu’ils prennent. Ensuite, trois ou six mois plus tard, ils sont renvoyés à la maison avec aucun espoir, rien d’autre que nous puissions  faire. Ce sont les patients que je veux essayer de sauver, là où la médecine régulière n’est plus efficace pour eux.  »

En plus de sa recherche, Green a pris le temps de faire du bénévolat au Clubs Garçons et Filles et parler à la jeunesse de son travail. Parce que son champ de travail ne dispose pas de beaucoup de représentantes afro-américaines, Green a dit qu’elle ne veut pas les jeunes noires qui sont fascinés par la science se sentent découragées par rapport à la suite de leurs rêves.

« Il y a des femmes scientifiques noires qui ne sont pas médiatisées, A cause de cela, les jeunes filles noires ne voient pas ces modèles aussi souvent qu’ils le voient Beyonce ou Nicki Minaj. Il est important de savoir que nos cerveaux sont capables de plus que de la mode et du divertissement et de la musique, même si les arts sont importants.  » a-t-elle

Cette jeune femme médecin a ajouté que le soutien de sa famille et ses amis l’ont aidée à atteindre ses objectifs. Dans le passé, elle a encadré les jeunes femmes qui sont en passe à fleurir dans les carrières scientifiques.

«Il faut un village pour élever un enfant», dit-elle. « Je répète, parce qu’au village des gens m’ont élevée et inculquée des valeurs, et cela m’a encouragé à arriver à ce point. Je ne suis pas arrivée ici par ma propre volonté. En raison de cette clarté, je sais que ma responsabilité est d’encourager et encadrer la prochaine génération ».

Ses traitements ont jusqu’ici marché avec succès sur des souris. Les études de Green prouvent ‘’Black Girl magie’’ transcende au-delà des domaines du divertissement et de l’activisme.

lactuacho.com avec newsone

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles