Une autre source de colère à la FASTEF, les étudiants menacent de porter plainte contre l’Etat

Après des mois de tensions et l’accalmie notée, après la décision des enseignants sortants de la FASTEF de mettre fin à leur grève de la fin, la colère fait de nouveau surface à Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation (FASTEF)

En effet, le recrutement des élèves professeurs a été suspendu provisoirement pour cette année, à la demande du Premier ministre.

Mais d’après ‘’L’As’’, les étudiants inscrits au concours d’entrée à la Fastef ne comptent pas se laisser faire et menacent de porter plainte contre l’Etat après la suspension du recrutement des enseignants.

Car pour les étudiants, cette décision est une annulation déguisée de l’Etat.

Selon le journal, leur porte-parole Cheikh Baba Diop, étudiant en master 2 à la Faculté des sciences, a déclaré qu’ils ont passé les épreuves du concours d’entrée à la Fastef depuis le 05 octobre 2015 et étaient au nombre de 17.000 candidats.

«A notre grande surprise, samedi dernier le doyen de la Fastef a sorti un communiqué pour nous faire part de la suspension du concours qui est un acte purement politique. C’est ainsi que mes camarades et moi avons pris l’initiative d’informer l’opinion nationale et de dire au chef de l’Etat que nous comptons poursuivre notre mouvement jusqu’à satisfaction totale de nos revendications », tonne Baba Diop  déterminé.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles