Un dialogue social avec un président sur la ligne de départ équivaudrait à trahir le combat démocratique

Le gouvernement auquel les sénégalais s’attendaient est celui dont l’équipe aspire à travailler et non pour réélire Macky Sall un président sur la ligne de départ avec son bilan désastreux. Le combat du pouvoir n’est pas celui de l’opposition donc je ne vois pas l’intérêt d’un dialogue social pouvoir opposition.

Il ne faut pas que l’opposition le Pds en l’occurrence se trompe de combat. Cautionner la présence de l’opposition au palais où dans le gouvernement à deux ans des présidentielles équivaudrait à trahir le combat démocratique.

L’appel au dialogue pouvoir-opposition a été pour la première fois initié en 2013 depuis Versailles, il a toujours été ignoré par l’arrogance du pouvoir. Il fallait attendre  la remobilisation d’un peuple meurtri et terrorisé derrière leur sauveur le président Wade pour que Macky Sall appelle à un semblant de dialogue.

Le  rôle du pouvoir est de s’occuper des préoccupations des Sénégalais, s’il n’en est pas capable le rôle du Pds n’est pas dans une priorité de dialogue social mais à un combat pour plus de liberté  et de démocratie dans le jeu politique. Tout en balisant le chemin pour un retour triomphal de son candidat Karim Wade.

Jon Birahim

Cadre libéral Paris

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles