UCAD : un cours magistral attendu demain de Jorge Carlos de Almeida Fonseca, président du Cap-Vert

Un cours magistral intitulé » les défis du développement et de la démocratie en Afrique : le cas particulier de la République de Cabo Verde » est attendu du Président du Cap-Vert, à partir de 10h30 à l’Auditorium Khaly Amar Fall ( à côté de l’agence comptable) de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (UCAD).

Oui, le temple du savoir reçoit dans le cadre de son séjour officiel au Sénégal, Son Excellence Monsieur Jorge Carlos de Almeida Fonseca, Président de la République de Cabo Verde  demain  vendredi 27 avril 2018. L’homme est un juriste, spécialiste de Droit pénal, note le communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

Cursus d’un homme très cultivé

Professeur-assistant à la Faculté de Droit de Lisbonne pendant plusieurs années ayant notamment enseigné les disciplines de Procédure civile III (Recours), de Droit pénal et de Droit procédural pénal. Il a été chercheur dans le domaine du Droit pénal à l’Institut Max-Planck de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne – 1986), Professeur de Droit et de Procédure pénale à l’Institut de Médecine légale de Lisbonne et Directeur résident et Professeur agrégé invité à l’Université de l’Asie orientale. Macao (1989-1990).

Il est auteur de dizaines d’écrits sur la politique, la culture, la démocratie, les droits de l’homme et la citoyenneté, dans des revues spécialisées capverdiennes et étrangères.

Il a publié un total de 18 livres, y compris des ouvrages juridiques, littéraires et autres.

Il a été, avant d’être élu Président de la République, Président et Professeur de l’Institut Supérieur des Sciences Juridiques et Sociales du Cap-Vert et Président de la Fondation « Droit et Justice », étant également fondateur des deux institutions.

Un Jurisconsulte et Chercheur dans l’élaboration de la Constitution du Cap-Vert,

Il a participé à la rédaction de la Constitution du Cap-Vert (1992) et, en tant que Jurisconsulte et Chercheur, il a été l’auteur de divers projets de diplôme qui marquent les contours du nouvel ordre juridique cap-verdien, à savoir les Projets de Code pénal, du Code de Procédure pénale, d’une Loi sur l’Exécution des Sanctions pénales, du Projet de loi sur le soutien aux victimes de crimes violents et de la Loi sur les Infractions fiscales douanières. Il a dirigé et coordonné « L’Étude sur l’État de la justice au Cap-Vert » (2001).

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles